YOZONE: Totem Tom, Volume 1: Nécropole

 Dommage ouvrage

YOZONE: Totem Tom, Volume 1: Nécropole Dommage ouvrage

Evaluez votre protection Gratuitement :

Peut-on mélanger folklore celtique, post-apo, fantasy sombre et voyages dans le temps? Si l'idée est originale, Patrick McSpare ne produit rien de digeste à partir de cette recette impossible.

Tom, amnésique, ne comprend pas pourquoi il connaît les mots, les noms de ce monde futuriste détruit à "Mad Max", le maniement des fusils au XXe siècle … Cet appareil permet à l'auteur, le seul prix, de certains "qu'il connait" pas comment il a su … mais … "se débarrasser des explications du plus petit élément qui devrait être anachronique pour Tom. Certes, il y aura une dernière explication à cela, et cela ressemble à une prose qui n’est pas nécessairement légère ni fluide, mais les lecteurs d’adolescents et d’adultes entendront parler de cette installation.

En plus d'un mélange improbable de genres post-apo et dark fantasy, " nécropole Souffrant d'une discussion ininterrompue de son personnage. Même dans le feu de l'action (caractéristique de l'attaque finale), l'auteur oublie complètement la règle concernant "Montrez, ne dites pas" et ses héros parlent, parlent, expliquent … au lieu de le faire. Pages et pages de dialogue où l'action brute doit prévaloir. Même pour expliquer à Tom l’Amnesic pourquoi l’état du monde préfère le dialogue d’écrivain, souvent très didactique.

Il faut dire que les choses ne sont pas simples, avec les revenus de Fomoré du 21ème siècle à la 20ème seconde, mais aussi un charme de Merlin qui a suivi le même chemin pour les empêcher de changer le passé, mais n'a pas bien fonctionné. .. Évidemment c'est trop. Je vous gâte la révélation finale: Tom est un "apprenti" Merlin et un voyageur occasionnel qui explique tout!

Tout cela est franchement regrettable car le roman, comme tout ce qui a fonctionné dans McSpare, grouillant de bonnes choses. Hélas, ils se noient dans l'excédent, superflu, trop.

Et quelques incohérences qui vous font traverser. Notons que Speedball rentre du "Sud" (en réalité l’Italie) dans la Nécropole (Madrid) et, malgré son statut de mercenaire fétiche, commet un séjour qui peut le détruire (et pire) simplement parce qu’il estime que il n'a pas été suffisamment payé. Les distances (entre le camp des Sioux et la Nécropole) et les réserves de ce monde brûlé par la pollution, le réchauffement planétaire et les guerres restent flous. Idem populations avec une espérance de vie fortement réduite, légèrement ou pas exploitée malgré une communauté embryonnaire alternative avec les clans Sioux.

Le message écologique est bâclé, mêlé à un duel illisible entre les alliés de Merlin, les défenseurs de la nature proclamés de manière vague et les Fomoras égaux aux démons. Même le folklore celtique, mais le passe-temps de l'auteur, ne supporte pas une confusion excessive avec d'autres éléments trop hétérogènes qui disparaissent assez rapidement pour se limiter à sa seule expression représentative.

Un effort risqué et perdu. Un univers de subtilité complexe et sans contenu, une prose, souvent lourde et étouffante, des signes banals soumis aux sources traditionnelles oublient les bonnes idées, des passages narratifs intéressants. Il ne faut pas confondre vitesse et précipitation, ni quantité ni qualité. Patrick McSpare semble avoir régulièrement perdu son objectif, son objectif de lecture et les règles de base de la nouvelle (science) fiction. Il détruit son histoire en admettant où il aurait besoin de subtilités et en tombant dans des détails excessifs où il aurait besoin de rythme. Il est assez surprenant qu’aucune de ces difficultés n’ait provoqué la confusion de personnes au cours du processus de montage.

S'adressant à un public mature en raison de sa violence " nécropole Est trop encombré, trop maladroit pour convaincre ses lecteurs. Basée sur des sources, une littérature très jeune (seul le titre de la série vante l'avenir des héros …), renforcée par un monde très complexe, est trop expliquée ou fournie comme une magie techno noire bouillie, et une violence qui frise souvent l'horreur (torture physique et mentale, nécromanisme), il navigue dans des eaux agitées et agitées. L'inadéquation fréquente entre les choix de rythmes narratifs et le rythme de l'action finit par en faire un livre qui n'est pas forcément confortable à lire malgré une histoire fascinante.

Nous l’imaginons beaucoup mieux adapté à l’écran, où l’image animée nous libérerait de ces magnifiques explications et imposerait des dialogues plus naturels et moins explosifs.

Plein de promesses auxquelles j'ai adhéré au cours de ces 250 pages et de tant de déceptions. En un mot, encore une fois: une honte.


Titre: nécropole
série: Totem Tom, 1/3
auteur: Patrick McSpare
couverture: Marie Bergeron
Editeur: Gulf Stream
site web: page romaine (site de l'éditeur)
pages: 247
Format (en cm): 22 x 14 x 1,8
Dépôt légal: Mai 2019
ISBN: 9782354886912
Prix: 16 €


en cas de rétrocession à l’interieur des 10 ans: le notaire va exiger la dommage ouvrage ET la Décennale CNR Constructeur Non réalisateur. Soit vous devrez la souscrire à effet rétroactif, ce qui est compliqué et cher, va pour ça vous devrez devenir l’assureur de votre acheteur, et revoir votre évaluation de vente à la baisse; Certains notaires pour des raisons de responsabilité refusent même de signer la vente


Laisser un commentaire