WikiZero – L'assurance décennale en France

 assurer sa rénovation

WikiZero – L'assurance décennale en France assurer sa rénovation

Evaluez votre protection Gratuitement :

ouvrir la conception wikipedia.

ladécennie d'assurance est une forme d'assurance établie par la loi du 4 janvier 1978 et est souvent associée à une "assurance de dommages aux biens" (DO). Ces deux assurances sont décrites dans la loi Spinetta. Cela crée une obligation d'assurance:

  • de la responsabilité des acteurs professionnels du bâtiment: artisans, bâtiment de l'entreprise, professions intellectuelles dans le bâtiment
  • dommages aux propriétaires (voir page sur l'assurance dommages aux biens (France)).

Pour les sociétés étrangères entrant sur le territoire français, il est possible de lier un travail de police et, avec une responsabilité civile annuelle, il s'agit d'une assurance police propre au chantier de construction (France).

Le système français permet ainsi de créer un système de "double relaxation"[[[[1], la police d’assurance dommages aux biens indemnise initialement le client, puis prend la responsabilité d’exercer des recours contre les compagnies d’assurance en responsabilité décennale des entreprises de construction.

À l'origine, il repose sur les principes des articles 1792 et du droit civil, qui responsabilisent le producteur en cas de bail.

En ce sens, il garantit:

  • La force du travail;
  • incohérence à destination
  • la force des éléments d'équipement inséparables
  • s'effondre suite à une erreur de construction.

Ceci s'applique également aux nouvelles constructions faites par des individus.

Les "propriétaires" ont donc tout intérêt à collecter les certificats avant de signer un contrat ou une discrétion, et de vérifier que le début des travaux est dans la période de validité du certificat. Sinon, ou en cas de "disparition" de la société, ces documents seront essentiels pour faire valoir leurs droits. En ce qui concerne les certificats d’assurance sur plusieurs décennies, la loi fixe désormais des exigences légales minimales.[[[[2] aux compagnies d'assurance afin de clarifier les lectures du client: raison sociale, activité, durée de validité des seuils de garantie, etc.

En fait, l'obligation d'assurance est l'article L241 et le code des assurances; Ceci ne s'applique qu'aux travaux de construction (voir détails).

  • Une assurance dommages aux biens est obligatoire pour le propriétaire (particulier, promoteur ou syndicat de copropriétaires)[[[[3];
  • L'assurance responsabilité civile est obligatoire pour l'entrepreneur.

Pour le bâtiment, la jurisprudence a établi que l’assurance doit être transférée conformément aux principes énoncés aux articles 1792 et au droit civil. En d'autres termes, la compagnie d'assurance ne sera pas en mesure de faire une clause limitant l'indemnisation au risque d'être licenciée pour le juge.

Il n'y a pas d'exemption de logement. Pour les autres bâtiments, il existe une exception pour:

  • les États et les communautés locales qui construisent pour eux.
  • La société, qui s’appuie sur elle-même, remplit au moins deux des critères suivants: Solde supérieur à 10 millions d’euros, chiffre d’affaires supérieur à 30 millions d’euros, plus de 500 employés.

Histoire et autres pays avec une police d'assurance de dix ans[[[[changement | changer le code]

L’obligation d’assurance existe depuis 1978 et la jurisprudence a établi un certain nombre d’interprétations et de clarifications. D'autre part, depuis la création du Code civil en 1804, la responsabilité annuelle (souvent confondue avec l'assurance annuelle) existe. Loin de clarifier la situation, le changement a créé davantage de confusion, ce qui a conduit à une refonte des articles 1792 et ultérieurs en 1978.

Lors de l'introduction du code napoléonien en Europe et, plus généralement, du passé colonial en France, de nombreux pays arabes et africains ont adopté des articles similaires à l'ancien code civil (avant 1969). Les interprétations sont différentes. Sur la base de cet article, peu de pays ont toutefois mis en place une obligation d'assurance similaire à celle de la France. La forme adoptée dans ces pays est généralement une politique de tenure pour le développeur, mais si le destinataire est le propriétaire.

Ces derniers temps, des pays comme l’Espagne (1999, seguro 10 ans) et en Italie (2001, ajouter Merloni) a également établi une obligation d'assurance de 10 ans. Malgré les efforts de l'Union européenne pour harmoniser les législations des États membres, aucun accord n'a encore été trouvé. En raison de la grande variété de textes, un tel accord ne semble pas réaliste pour les cinq prochaines années.

En règle générale, les compagnies d’assurance s’entendent sur les pays du groupe selon les trois critères suivants:

  • (1) La présence d'un texte juridique (ou des pays de common law, une jurisprudence) qui définit une responsabilité du développeur annuel ou voisin.
  • (2) Présence d'un marché de l'assurance couvert.
  • (3) Présence d'une obligation d'assurer cette responsabilité.

Exemples avec (1): L’Allemagne attribue à son BGB une responsabilité du fabricant pendant cinq ans. Cette responsabilité n'est généralement pas garantie.

Exemples avec (1) et (2): La Belgique a dans son recueil de lois bourgeois des articles très similaires au code civil français. Il existe également un marché très concurrentiel pour des décennies d’assurance (avec l’existence d’un pool). Mais la loi ne prévoit pas de réclamations d'assurance. Par conséquent, le développeur qui souhaite renoncer à une assurance ne viole aucune loi.

Exemples avec (1), (2) et (3): France, mais aussi Espagne et Italie. En dehors de l'Europe, on peut citer l'Égypte, qui engage sa responsabilité à l'égard des tiers pendant dix ans (c'est-à-dire pour les dommages causés par des tiers à la suite de l'effondrement du bâtiment).

Exemple avec (2) seulement (ou presque): Au Royaume-Uni, le marché de l’assurance a développé un produit appelé Assurance contre les défauts latents ou Assurance contre les défauts inhérents cela couvre les dommages au travail dus à un manque de conception ou d'exécution, mais sans compter sur des textes légaux. Historiquement, cette couverture est apparue dans les années 90 sur la base de l’existence d’une pratique (contestée) de assumer la responsabilité qui consistait à rendre le locataire responsable de la réparation des accidents du travail en raison d’une mauvaise conception. Les locataires d'immeubles en ville ont obligé leur propriétaire à les maintenir libres des charges pour lesquelles les propriétaires ont recours à des compagnies d'assurance. Exemple avec (1) et (3), mais pas (2). Bien que ce cas soit quelque peu théorique, cela peut aussi arriver. Cela s'est passé en Turquie en 1999, après le séisme d'août. Le législateur souhaitait établir une responsabilité de l'inspection du travail pendant dix ans (à savoir Apave, Bureau Veritas, QualiConsult, Dekra ou Socotec correspondant en France) au cas où le type conceptuel du bâtiment serait endommagé. Le marché de l'assurance a refusé d'offrir une couverture principalement pour deux raisons: (a) un changement contraire à l'éthique de la responsabilité du client envers le responsable du traitement – ou l'impossibilité pratique de vérifier que l'injonction du responsable du traitement avait bien eu lieu; suivi d'une action. b) Composition des concepts de catastrophes naturelles (tremblements de terre) et de conception – en ce sens que les normes antisismiques visent à sauver des vies humaines et non pas l'intégrité du bâtiment, par exemple. en utilisant des méthodes de construction propres pour absorber l’énergie sismique par des dommages ciblés.

Confusion commune à propos de décennies d'assurance[[[[changement | changer le code]

  • confusion entre années et assurance obligatoire
  • confusion entre l'étendue des années de responsabilité et la couverture proposée par la compagnie d'assurance (qui ne correspond qu'à des cas d'assurance obligatoire)
  • confusion entre les accidents du travail qui tombent depuis des décennies et les dommages causés à des tiers. En France, cette responsabilité est couverte par les articles 1383 et suivants. Dans les dispositions du Code civil et donc avec une responsabilité générale (pour laquelle la loi sur la sécurité financière a été modifiée afin de fixer un délai pour l'expiration du contrat de 10 ans, ce qui crée une nouvelle source de confusion)
  • confusion entre le délai de réclamation après l'expiration d'une police de responsabilité générale (non renouvellement) et une assurance décennie.
  • confusion entre la responsabilité professionnelle du professionnel ou du client et la responsabilité annuelle. Bien que certains aspects soient superposés en France.
  • confusion entre assurance de responsabilité professionnelle annuelle et assurance de dommages aux biens (assurance du propriétaire)
  1. " Assurance du bâtiment: assurance annuelle, mode d'emploi " Association d'assurances française, 10 novembre 2015 (lire en ligne, lire 5 avril 2017).
  2. " Certificat de garantie décennale: il faut planifier des plans évolutifs " cm-btp.fr. (lire en ligne, lire 5 avril 2017).
  3. Sélection de magazine n ° 543 Bis de janvier 2016.

Cette assurance, qui vous couvre en cas de construction défectueuse, n’est ici pas obligatoire. Bien souvent, il va être difficile de l’obtenir près votre assureur, qui estime généralement le danger trop important du fait que vous soyez indépendant sur la construction de votre logement.

Mais, gros dilemme, banquiers qui ne sont pas toujours en or fait de l’autoconstruction, exigent la plupart du temps que vous souscriviez cet aplomb dommage-ouvrage avant de vous accorder un prêt. De nombreux autoconstructeurs témoignent cependant: en expliquant calmement et clairement choses à son banquier, en lui démontrant que s’assurer à l’encontre de soi-même, au final, n’a pas beaucoup de sens, celui-ci finit en « lâcher l’affaire ».


Laisser un commentaire