TRIBUNAL DE CHALON – 100 g d'explosifs lancés dans un chantier naval à Saint Jean de Vaux Info Chalon: infos sur Chalon

 assurer sa rénovation

TRIBUNAL DE CHALON – 100 g d'explosifs lancés dans un chantier naval à Saint Jean de Vaux Info Chalon: infos sur Chalon assurer sa rénovation

Evaluez votre protection Gratuitement :

Un peu de la vallée de Vaux avait eu lieu dans la salle d'audience du TGI. Malheureusement, le motif était inquiétant. Un jeune homme d'un village voisin s'était rendu à Saint-Jean-de-Vaux le soir du 29 juin, accompagné d'un ami d'enfance avec l'idée de donner une leçon aux parents de son ancienne fille. un ami, des parents dont il pensait qu'ils lui avaient fait une "mauvaise réputation" et qui essayaient seulement de le blesser.

100 grammes d'explosifs jetés dans la cour: des dégâts sont survenus

Il avait acheté le Cobra 8, matériau pyrotechnique, dont l’utilisation est interdite aux particuliers (et réservée aux œuvres d’art) en raison de leur charge explosive déjà élevée (environ 100 grammes). Son ami avait tenté de le dissuader sans succès. Ils ont tous les deux eu beaucoup de chance, ils ont eu la contrebande que nous pouvons dire. En état d'ébriété, ils font flotter le grand feu d'artifice dans la cour, l'explosion creuse une plaque de 20 cm de diamètre et jette les cailloux qui s'effondraient dans toutes les directions. Résultat: la porte de la chambre à coucher du couple, son lit, leur voiture, le plâtre de la maison, tout cela est cassé, endommagé. Le couple a regardé la télévision, l'orage de l'explosion (entendu jusqu'à 4 km autour de lui) les a rejetés, ils ont peur et ils s'affaiblissent encore, du moins Mme, du fait que ce type d'agression crée des craintes et des préoccupations rétrospectives qu'il faut du temps pour ralentir .

Du monde à assister au jugement du petit garçon, celui qui gâte tant et qui continue à écraser

Le couple a déjà eu des heurts avec le vieil ami de leur fille, ils ouvrent les gendarmes, ils enquêtent, trouvent des preuves, ne font aucun mal, ils confessent. T. X est dans la boîte, il a 20 ans, il est l'auteur principal et a été placé en détention provisoire le 6 juillet. T. Y., sa femme d'enfance semble libre: il récupère ses crises du magistrat. Qu'y a-t-il dans le pub pour être si facilement affecté? Blâmer les gens pour rien comme ça? Il accepte. Dans la boîte, une autre partie est jouée. T. X. utilise du cannabis et de l'alcool, également un mélange explosif qui peut rendre paranoïaque. Dans la chambre, sa famille. Ses parents, sa sœur, son oncle et sa grand-mère rendent au monde un témoignage du petit jugement, celui qui gâte tant, et qui continue d’écraser.

A 20 ans aurait-il "tout pour lui"? Le public n'a pas crié, mais c'est compliqué

"Il a tout pour lui": ces quelques mots reviennent sur toutes les lèvres, ils deviennent l'histoire du public. En effet, à 20 ans, le jeune homme a un contrat à durée indéterminée, il est l’employé de son père. À 20 ans, il est propriétaire de sa maison, où sa famille l'a aidé. À 20 ans, il aurait «tout pour lui», mais il continue de démontrer le contraire. Il a donc "un passé criminel", a déclaré le président Pertuisot, qui l'a servi à distance: condamné en 2018 pour le CEA, refus d'obéissance, insulte et rébellion, puis pour violence à la menace d'une arme (son ex-petite amie), puis pour violence (sur un autre). "Ton père t'offre toutes les conditions pour être bon, peu d'enfants sont aussi chanceux. T. X se donne beaucoup de peine et souffre en passant pour dire que cette chance n'en est pas une pour lui? Ou si elle en est une, qu'il n'a aucun moyen d'intervenir pour lui?

TS pendant son GAV. Quel pouvoir faut-il pour couper?

Les gendarmes ont dû souligner que ce jeune homme était toujours assis mais en état d'étouffement. Son cou ne soutenait plus sa tête, elle était tombée sans force. Il avait suffoqué avec son débardeur. Quelle est la force de couper le souffle? Quel degré de désespoir ou de non-sens est nécessaire? De toute évidence, les éléments du casse-tête exposés à l'audience ne permettent de rien comprendre et l'un des juges tente de prendre une petite mesure: "Vous attaquez ce couple, vous essayez de vous suicider, tout est disproportionné, Seigneur, en quoi Toutes vos décisions sont proches du procès-verbal. En fait, ces décisions ressemblent davantage à des actes violés, comme le disent des psychiatres et des magistrats, que des choix justifiés et raisonnables, en fonction de ses intérêts. "La femme de la victime a spontanément les mots, il faut dire qu'elle le connaît depuis sa jeunesse:" T. Je suis vraiment désolé. Je vous apprécie beaucoup d'être traité. "

"La société ne pleure pas avec ceux qui mettent en danger la vie des autres"

Une fois de plus, Aline Sanez-Cobo, une procureure, résume tout: "M. Y est un imbécile, un disciple. Il essaie de le dissuader, mais il allume le guichet. T. X est l’incitation. Pour dégradation délibérée, ils sont 10. ans d’emprisonnement, parce que la société ne se moquait pas de ceux qui mettaient en danger la vie d’autres personnes, T. X était pris au piège d’une illusion de persécution et de paranoïa, a-t-il dit et est allé mettre une famille en danger. Heureusement, mais ça ne va pas à la maison. Son père a dit aux gendarmes qu’il ne pouvait plus garder son fils, qu’il aime, ne pouvait plus rien porter, qu’il ne va pas bien, c’est évident, mais c’est son problème. Pas les nôtres. Il doit cesser de mettre les autres mal à l'aise, pour qu'il fasse enfin ce qui est nécessaire pour lui, c'est à lui de faire ce qui est nécessaire. "

Maître Mirek parle de l'idée que son client serait remplacé par sa famille

Elle exige contre T. Y une exposition de 130 heures à TIG et contre le fils égaré de neuf mois de prison, dont cinq mois avec sursis d'une peine avec sursis. Elle demande le maintien en détention pendant quatre mois et le rappel complet des séjours antérieurs avec leur exécution: ce serait une peine de plus d'un an d'emprisonnement. L'enfant doit sentir le vent dans le ballon, d'autant plus qu'il trouve que la prison "c'est un enfer". Place pour les avocats. Maître Sarikan (pour co-auteur) et Maître Mirek plaident en faveur d'une récitation des faits qui éliminerait les moyens dangereux, "ce n'était qu'un grand feu d'artifice". Maître Mirek parle de l’idée que son client sera maintenu, enfin et pour toute sa famille, "il paie sa propre hypothèque" et dit que si le père était honnête sur la situation de ce fils qui évite tout contrôle, les parents et Sa soeur a témoigné qu'elle était présente pour lui et disposée à l'accompagner autant que de besoin.

14 mois de prison et un EMS de 2 ans pour l'auteur principal

Le tribunal a condamné le jeune coauteur à 4 mois d'emprisonnement pour une simple suspension. L'auteur le plus important, il passe au total 14 mois en prison (4 mois + 2 rappels de deux en 2018, soit 6 et 4 mois). Le tribunal ne décide pas de son maintien en détention. Le jugement est donc approprié, à condition que le juge de l’application dispose des garanties nécessaires. Le jeune condamné devient plus réceptif. Ce sera pour 2 ans de probation en procès: obligation de travailler, de guérir, d’indemniser. Interdiction de contacter la victime et sa fille. Les deux amis sont responsables des dommages qu’ils doivent payer pour les dommages et les dommages moraux qui seront versés à une autre audience à l’automne.

"La liberté, c'est la responsabilité"

"Monsieur, vous devez investir dans des soins qui ne sont pas qu'un spectacle. Il a relevé la tête et a écouté le président." Ce n'est pas à vos parents de compenser, c'est à vous de décider. Il hoche la tête et il dit "oui". "La liberté est la liberté", a déclaré l'un des juges lors de l'audience précédente. En principe, il faut le savoir désormais, puisque tout s’apprend aussi.

Rue Florence Arroman

Si votre assureur considère que l’aide dont vous bénéficiez est davantage d’ordre contractuel, cela se complique. Dès que l’un des bénévoles se blesse, il n’a pas à prouver votre responsabilité, vous êtes ipso facto déclaré responsable. Ici, la responsabilité civile est insuffisante, sauf si elle prévoit ce cas explicitement, et l’affaire se termine bien souvent au tribunal… Donc, soyez vigilant alors que signer votre contrat d’assurance !


Laisser un commentaire