Retour aux efforts pour une nouvelle interprétation de la Cour de cassation

 assurer sa rénovation

Retour aux efforts pour une nouvelle interprétation de la Cour de cassation assurer sa rénovation

Evaluez votre protection Gratuitement :

Patrick Meneghetti, avocat à la Cour d'appel de Paris, professeur associé à l'Université de Paris XII (UPEC) | le 12/06/2019

Depuis un arrêt du 15 juin 2017, la Cour de cassation a soigneusement modifié sa jurisprudence en matière de responsabilité annuelle des quasi-travaux. Il considère maintenant que les équipements installés sur un produit existant sont soumis à la garantie de dix ans dès lors que la structure existante est devenue impropre à ses objectifs. Cette attitude, qui a été régulièrement confirmée par la Cour de cassation et l’absence de tentative de réglementation du droit dans le droit Elan, suggère un différend important.

Les principes généraux développés dans la jurisprudence ces dernières années ont été profondément modifiés par un certain nombre de décisions de justice dont l’effet porte non seulement sur la responsabilité du fabricant, mais également sur l’assurance obligatoire. résultant. Il faut d’abord rappeler que le terme existant n’est défini par aucun texte juridique ou […]

Cet article s’adresse uniquement aux souscripteurs Transactions immobilières,
inscrivez-vous ou connectez-vous pour lire l'article en entier.

Pas encore inscrit

En vous abonnant à l'écran, vous bénéficiez de:

  • Surveillance 24 heures sur 24 sur les marchés publics et privés
  • Informations nationales et régionales dans le secteur de la construction
  • La boîte à outils réglementaire: marchés, urbanisme, environnement
  • Services d'indexation

Cette audace doit impérativement être souscrite avant le démarrage des travaux. Certains assureurs la commercialisent même quand le chantier a démarré, mais dans ce cas, la tarification varie quasiment du aisée au double, « logique, dans ce cas, il y a un pas mal fort soupçon de la part des assureurs qui craignent que le particulier la souscrive tardivement pour cause de travaux mal engagés », explique un courtier.


Laisser un commentaire