Présidentielle 2017: handicap et santé les projets d’ A.Juppé

En vue de l’élection présidentielle de 2017, nous allons interroger plusieurs potentiels candidats.
Les thèmes qui sont évoqué sont la santé et le handicap, quel seront les projets des candidats en matière de prestations sociales, d’accessibilité, de scolarisation des enfants handicapés, le marché du travail…
Tant de questions qui concerne tout de même 12 millions de personnes (tout handicap confondus, visuel, sensorielle, intellectuelle…) 

Pour ce premier numéro l’équipe de campagne du favoris à la primaire des Républicains Alain Juppé a répondus à nos questions.

Si, depuis la grande loi de 2005 voulue par Jacques Chirac, des progrès très sensibles, bien qu’insuffisants, ont été enregistrés (scolarité en milieu ordinaire, emploi, Allocation aux adultes handicapés), les résultats observés dans certains domaines (la Prestation de compensation du handicap, l’accessibilité, la prise en charge de l’autisme, le fonctionnement des MDPH) ne sont pas toujours à la hauteur des espoirs et des ambitions. Les personnes en situation de handicap demeurent confrontées à de nombreux problèmes et tracasseries administratives dans leur vie quotidienne.

Elles n’ont toujours pas leur place – toute leur place – dans notre société. 

Aujourd’hui, nous devons aller plus loin et nous donner l’objectif de franchir une nouvelle étape dans la construction d’une société inclusive.

Cet objectif, Alain Juppé veut le réaliser, avec les personnes handicapées et les associations, et avec pour références la Convention des Nations Unies de 2006 et le bilan partagé de la mise en œuvre de notre législation du handicap. Cette nouvelle étape, il veut la fonder sur le principe « rien sur nous sans nous », qui inspire d’ailleurs la profonde réforme du droit du handicap actuellement en cours chez nos voisins allemands. 

Avec cette nouvelle étape, il souhaite faire évoluer le droit des personnes en situation de handicap vers un droit de la participation. Car la pleine participation des personnes handicapées à égalité avec les autres est la condition d’un authentique respect de la dignité de chacun. Alain Juppé considère que la reconnaissance du droit à la participation permettra d’atteindre l’objectif d’une plus grande autonomie de la personne en situation de handicap et la mettra en capacité d’organiser et de conduire sa vie de façon autonome.

Le handicap n’est jamais qu’un aspect de la diversité dans laquelle s’enracine notre démocratie.

Alain Juppé souhaite tout particulièrement soutenir la pleine inclusion des personnes en situation de handicap au sein du marché du travail. Nous ne pouvons plus nous satisfaire de la simple obligation d’emploi inscrite dans la loi Séguin de 1987.

L’objectif prioritaire, c’est la participation à la vie active sur le marché du travail des personnes en situation de handicap qui peuvent travailler, grâce à des possibilités élargies de formation et d’emploi, à des incitations supplémentaires à l’emploi pour les personnes handicapées comme pour les entreprises, et à des actions nouvelles d’accompagnement vers l’emploi et dans l’emploi. Les personnes en situation de handicap doivent pouvoir décider comment et où elles veulent exercer leur droit à la participation à la vie active.

Mais il n’ignore pas certains besoins spécifiques. C’est pourquoi, aussi, la possibilité doit naturellement demeurer de pouvoir recourir aux prestations du secteur protégé, qui pourrait lui-même s’ouvrir et mieux s’articuler au secteur adapté.

Alain Juppé veut également développer

  • une bien meilleure sensibilisation de la population et des acteurs spécialisés à la diversité des handicaps et à leurs besoins spécifiques ;
  • une information systématique sur les conditions et les modes de vie des personnes en situation de handicap ;
  • une formation au handicap dans l’ensemble des professions en relation avec le public. 

Dans son discours prononcé à Rennes, le 19 octobre 2016, Alain Juppé a rappelé sa volonté d’ouvrir grand les portes des écoles, des collèges et lycées et des universités aux enfants et aux jeunes en situation de handicap.

« Ainsi, nous devrons faire de nouveaux progrès pour améliorer la situation des personnes handicapées, pour leur ouvrir les portes des écoles, de l’enseignement secondaire et supérieur, et des entreprises.

Et dans le cahier, Agir pour la Famille, Alain Juppé précise:

“Pour les enfants en situation de handicap, faire en sorte que la scolarisation des enfants en situation de handicap en milieu dit « ordinaire » soit la solution effective de droit commun. Pour cela, développer les postes d’accompagnants, mais aussi former l’ensemble des enseignants et des cadres scolaires à la question du handicap. “

Share Button
The following two tabs change content below.

Redac

Derniers articles parRedac (voir tous)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *