Pourquoi et comment souscrire une police de dommages aux biens lorsque vous êtes un MOO non imposable? | nouvelles

 assurer sa construction

Pourquoi et comment souscrire une police de dommages aux biens lorsque vous êtes un MOO non imposable? | nouvelles assurer sa construction

Evaluez votre protection Gratuitement :

Pourquoi et comment souscrire une police de dommages aux biens lorsque vous êtes un MOO non imposable?

Écrit par Pascal Dessuet

<! – ->

Lire en PDF: 94 Pourquoi acheter une police de dommages matériels.pdf

Quels sont les avantages pour le propriétaire des principaux risques de souscrire une police de dommages matériels alors que la loi leur accorde une exception …?

L'exception à émettre une politique OD à haut risque?

Article L111-6 C Ass

Considéré comme un risque majeur:

2 ° Concernant les éléments incendie et nature, les autres dommages matériels, la responsabilité civile ordinaire, les pertes financières diverses, la carrosserie du véhicule terrestre et la responsabilité civile, y compris ceux du transporteur; lorsque l'abonné exerce une activité dont la signification dépasse certains seuils définis par décret du gouvernement.

Article R111-1 C Ass

Les opérations relevant des branches visées à l'article R. 321-1, articles 3, 8, 9, 10, 13 et 16 sont considérées comme couvertures un gros risque en vertu de l'article L. 111-6, si l'abonné remplit au moins deux des trois conditions suivantes:

1. La somme de son dernier solde s'élève à plus de 6,2 millions. Unités de compte de la Communauté économique européenne

2. Le chiffre d'affaires du dernier exercice est supérieur à 12,8 millions d'unités de compte pour la Communauté économique européenne.

3 ° Le nombre de personnes sur lesquelles il a travaillé en moyenne au cours du dernier exercice est supérieur à 250.

Si le souscripteur fait partie d'un groupe de sociétés soumis à une obligation de consolidation comptable, les seuils mentionnés aux 1 °, 2 ° et 3 ° ci-dessus sont utilisés de manière consolidée.

On le rappellera aussi

+ En cas de risques majeurs, l'exemption ne couvre que les DO et non le CNR couvrant leur RC de 10 ans si l'œuvre est vendue dans les 10 ans de sa réception.

+ Dans le cas d'une opération de crédit-bail, le crédit des locataires, lié à un pouvoir adjudicateur délégué, est basé sur un mandat du Crédit Bailleur en tant que client, mais pas pour ses propres besoins. compte, mais pour le crédit du locataire.

Par conséquent, même s’il s’agissait là d’un risque majeur, il ne pouvait invoquer l’exception légale.….

"Toutefois, l'obligation prévue au premier alinéa ne s'applique pas aux personnes morales de droit public ni aux personnes morales qui fournissent au pouvoir adjudicateur un contrat de partenariat conclu en vertu Article 1 de l'Instruction No 2004-559 du 17 juin 2004 sur des contrats de partenariat ou à des personnes morales exerçant une activité dont la portée dépasse les seuils mentionnés à l'article dernier alinéa L. 111-6quand ces gens réalisent en leur nom travaux de construction menés dans un but autre que résidentiel. "

Lorsque vous êtes un gros risque ou un propriétaire public:

+ L’élaboration d’une politique DO n’est pas une limitation à laquelle vous avez le droit de vous débarrasser lorsque vous êtes "à haut risque" car vous avez la surface financière pour prédécouvrir les réparations, mais un véritable outil de gestion des risques.

Pourquoi?

* En l'absence de politique d'OD, il est nécessaire de déterminer la responsabilité de chaque acteur qui, même dans l'hypothèse d'une responsabilité présumée, assume le lien d'imputabilité à la partie envers laquelle on en a un, l'un qui recherche la responsabilité et qui étend le nombre d'opposants permettant de définir le nombre de réparations, car il faudra trouver un accord avec plusieurs constructeurs. Cette réalité mène presque inévitablement à une situation litigieuse. Les litiges, outre le report du préfinancement, représentent un coût important.

* En cas de litige, même si nous avons souscrit une police DO, par exemple parce que nous n'arrivons pas à nous mettre d'accord sur le montant des réparations, le propriétaire n'est pas le lieu même s'il s'agit de mobiliser les garanties pour une police de choses ou sous l'action d'une politique de responsabilité:

Dans le cas où l’on bénéficie d’une police des objets, en l’occurrence d’un DO policier, l’action sera dirigée contre le seul assureur DO et la seule preuve de l’importance matérielle du dommage et de sa gravité suffira à déclencher l’utilisation du Garantie, seule la quantité restera en discussion

Autrement, le client n’exercera la politique de responsabilité du producteur que s’il doit avoir dessiné une DO, il doit, en plus du montant, établir le lien entre la responsabilité de la personne qui souffre et la personne qui possède la personne qu’elle revendique peut se révéler lourde. dans le cas de contrats passés avec des agences gouvernementales distinctes, il est entendu que la compagnie d'assurance de responsabilité sera également autorisée à déclarer la responsabilité exonérée, telle que L’acceptation des risques en cours de procédure ne déclenche que la preuve d’un motif d’exclusion de la compagnie d’assurance.

* Enfin, la police DO est une règle établie par le propriétaire. Par conséquent, il contrôle les conditions de souscription et les déclarations de risque adressées à l’assureur, ce qui n’est pas le cas lorsqu’il al’intention de mettre en œuvre les polices RC de dix ans des constructeurs, ces derniers étant dépendants des déclarations faites par le fabricant à sa compagnie d’assurance et que Il ne sait pas.

Ainsi, même s'ils disposent d'un certificat CR décennal couvrant les opérateurs du travail pendant une période couvrant la date d'ouverture du bâtiment, les travailleurs peuvent parfois être en mesure de s'opposer à leur action directe contre l'assureur, réduisant ainsi l'indemnisation correspondante. règle du bonus proportionnel ou même non-assurance au motif que le superviseur concerné n’a pas signalé le lieu à la fin de l’année ou n’a pas été dit à un prix inférieur.

Parfois dans le même esprit, certaines décennies de sociétés d’assurances RC s’opposeront à une réduction de la rémunération due à une augmentation du risque due à la mise en œuvre de techniques non routinières.[1].

Lorsque vous êtes un propriétaire public, il existe d'autres raisons:

+ En l'absence de politique sur les dommages matériels, dans la mesure où elle implique la prise en compte du RC annuel des constructeurs, la situation est presque inévitablement contestée, notamment pour des raisons liées à la responsabilité de la souffrance et aux réparations quantiques.

Il convient de garder à l’esprit que la compétence du tribunal est l’équilibre d’un litige en droit public, car il incombe au contractant public de saisir les tribunaux administratifs de la responsabilité de ce dernier, liée par un contrat public, alors que seuls les tribunaux ont le droit de connaître le litige relatif à avec l'application de la police CR décennale du fabricant, car le contrat d'assurance qui les concerne est un contrat de droit privé.

Cependant, deux précautions doivent être observées pour tous les bénéficiaires qui bénéficient d’une dérogation et qui peuvent donc être éligibles pour:

– prévoir explicitement des dispositions légales d'ordre public en cas d'assurance forcée dans la construction et ne pas simplement reproduire le texte des clauses types, car, d'une part, sous une assurance souscription, les clauses ne lient pas les assureurs et, d'autre part, la disposition contractuelle des clauses types, elles n’ont pas la même force que lorsqu’elles tombent sous un statut juridique d’ordre public, qu’elle soumet volontairement.

– Vérifiez que les stratégies CG des abonnés n'incluent pas de système de garantie supplémentaire lorsque l'abonnement est effectué dans un cadre facultatif, ce qui limite considérablement l'étendue de la couverture, ce qui se produit parfois de manière inattendue.



[1] Cass Civ 3. 8 octobre 2013 Nombre de plaintes: 12-25370

Le fait que le vendeur n’ait pas souscrit l’assurance dommages-ouvrage n’empêche pas la vente et ne constitue pas un manquement du vendeur à l’obligation de délivrance, car l’assurance dommages-ouvrage n’est pas considérée tel que un accessoire indispensable de l’immeuble vendu (Cass. civ. 3e, 2 mars 2011, n°09-75.576). Une action en annulation de la vente pour dol et aussi erreur en raison de la non-souscription de l’assurance n’aboutirait pas, à moins que les acquéreurs en aient fait expressément un élément déterminant de consentement (Cass. civ 3e, 13 nov. 2003).

Une obligation d’information pèse toutefois sur le vendeur et le notaire lorsque le bien vendu avant l’expiration de la garantie décennale. La Cour de cassation condamne ainsi vendeurs et notaires ayant manqué à cette obligation à indemniser les acquéreurs à hauteur des désordres constatés. Toutefois, le fait de produire une attestation d’assurance annexée à l’acte de vente suffit à remplir ce obligation.


Laisser un commentaire