Médicaments et conduite : savoir lire les indications

Vous êtes actuellement sous traitement médical et vous souhaitez connaître ce que représentent les pictogrammes d’avertissement avant de prendre votre véhicule.

Avant tout il faut savoir que chaque personne ne réagit pas de la même façon lors de la prise de médicaments.
En cas de nouveau traitement il est préférable ne pas prendre le volant tout de suite après la prise de médicaments, afin de voir s’il n’y a pas de mauvaise réaction  comme une grosse fatigue, des vertiges…
Les médicaments sont classés en trois catégories de 1 à 3 et identifiables avec une voiture dans un triangle et une mise en garde.

Niveau 1

Le premier de ces pictogrammes, est le niveau 1 avec la couleur jaune et porte la mention “ne pas conduire sans avoir lu la notice” .
Le risque est faible, mais dépend de la réceptivité du patient, en cas d’autre traitement ou d’intolérance à d’autres médicaments il faut impérativement lire la notice.
Sinon la conduite n’est pas déconseillée

Niveau 2

Le niveau de couleur orange comporte la mention “ne pas conduire sans l’avis d’un professionnel de santé”, il faut être très prudent et en cas de doute  ne pas prendre votre véhicule 
Il est donc impératif d’avoir les conseils de votre médecin ou pharmacien, ces médicaments sont le plus souvent délivrés sous ordonnance.
Parmi ces médicaments les antidépresseurs, les antiépileptiques, anxiolytiques, antidiabétiques…

 

Niveau 3

Triangle rouge portant la mention “attention, danger ne pas conduire pour la reprise de la conduite demandez l’avis d’un médecin”
Le pictogramme le plus clair et le plus important à respecter à la lettre.
La prise de tout médicament portant ce pictogramme, rends la conduite extrêmement dangereuse.
Parmi ces médicaments (anesthésiques généraux,
hypnotiques, collyres mydriatiques…)

Voici d’autres conseils le l’ANSM (Agence National Santé Médicaments)

Des conseils d’ordre général
Ils relèvent généralement du simple bon sens, mais méritent d’être rappelés :
• Arrêter de conduire si le patient ressent des signes d’alerte : somnolence, difficultés de concentration,
difficultés à suivre la trajectoire, troubles visuels.
• Ne pas prendre un médicament avec lequel le patient a déjà ressenti ce type de symptômes.
• Ne pas consommer d’alcool, dont les effets potentialisent fréquemment ceux des médicaments.
• Prendre de préférence au coucher les médicaments qui sont susceptibles d’avoir une répercussion.

Share Button
The following two tabs change content below.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *