l'incroyable butin d'un bibliophile

 Dommage ouvrage

l'incroyable butin d'un bibliophile Dommage ouvrage

Evaluez votre protection Gratuitement :

Entre 2000 et 2002, la direction du mont Sainte-Odile a vu sa collection de livres anciens du monastère fondre. Travaillé par un voleur qui avait trouvé un passage secret qui menait directement à la bibliothèque.

Dimanche 19 mai, Pentecôte. Il est revenu, mais cette fois il est attendu. Comme à son habitude, le voleur s’est échappé pendant les vacances scolaires. Professeur de la semaine, voleur de bibliothèques ce week-end. Mais pas n'importe quelle bibliothèque. «Je n'aurais jamais volé une bibliothèque publique! Il va jurer par son procès. Cet homme est en vente depuis près de trois ans dans les bibliothèques du monastère du mont Sainte-Odile.

Les hommes de la brigade de Rosheim lui ont tendu un piège. Ils ont emprunté des caméras de surveillance miniatures à un enquêteur privé. Ils l'ont vu passer la veille et ont découvert dans le grenier un sac poubelle rempli de livres, prêt à être envoyé. Le voleur va revenir, c'est sûr … Le lendemain, vers 13 heures. À 21 heures, les gendarmes de la cachette s'emparent d'une silhouette large et fine, tirant une lourde valise et un sac poubelle contenant un bagage de cuir et de papier. C’est la fin d’un puzzle qui dure depuis août 2000. Mais l’énigme n’est pas encore totalement résolue. Reste à connaître la raison du vol.

Lors de sa première expédition, le voleur avait pris une porte menant à la bibliothèque. (photo et illustration: Piet)

Un vol pour l'amour des livres

L'affaire faisait l'objet d'un livre écrit par l'ancien journaliste de l'ADN, Bernard Fischbach. Parmi ses lecteurs, Paul-Antoine Dantès, l'homme qui a pris la direction de la bibliothèque du Mont-Sainte-Odile en 2002, peu après l'arrestation du voleur. Il nous accueille avec une copie du livre qui est annoté. Il y est cité, a rencontré les personnages principaux et termine l'histoire:

Col du Mont Sainte-Odile

Bernard Fischbach, ancien correspondant ADN et auteur de nombreux ouvrages sur l'Alsace, revient en détail sur cette affaire qui a secoué le mont Sainte-Odile.

Editions Alan Sutton

"Selon l'un des enquêteurs qui l'ont arrêté, le suspect observe un silence complet. Les travailleuses du sexe craignaient d'avoir à traiter avec un étranger à ce moment-là. Ils ont pensé à un trafic d'œuvres d'art. "

Enfin, le jeune homme est assis à la table. Son nom est Stanislas Gosse et il n'était pas motivé par l'argent. Il s'est envolé d'amour pour les livres. Le professeur les a tous gardés à la maison. Lors d'une perquisition chez lui dans la banlieue de Strasbourg, les deux sexes mettent la main sur son butin: plus de 1 100 £ pour la valeur variable. Le voleur a envoyé des draps, mais aussi de précieux volumes écrits en latin, une langue qu’il peut déchiffrer.

L'un des livres volés à la bibliothèque du mont Sainte-Odile, nous voyons un ex-libris appliqué par le voleur pour marquer le nom du propriétaire (document soumis).

Livres parmi les premiers imprimés

Le 16 août 2000, le mont Sainte-Odile se remet d'une hypothèse de richesse extraordinaire. Le chanoine Charles Diss se prépare à donner une conférence aux fidèles à St. Odile, prenant la nuit et le jour pour une prière ininterrompue. Tout à coup, dit Bernard Fischbach, une femme de ménage l'informera d'un trou béant dans les étagères de la bibliothèque:

«En passant le chiffon à poussière dans la chambre du Calvary sur les étagères de l'étagère, un vide sur une étagère l'a frappée. Je murmure, chuchote-t-elle, qu'il manque des livres. "

Bernard Fischbach, Col du Mont Sainte-Odile

Le voleur a profité de la précipitation du 15 août pour franchir une porte du rez-de-chaussée menant au premier étage de l'étage supérieur. Jean-Marie Le Minor, professeur d'anatomie à l'Université de Strasbourg et historien à ses heures perdues, ne peut que constater les disparitions avec la gendarmerie de Rosheim à la tête de l'enquête.

C'est lui qui a dressé l'inventaire et classé le précieux contenu de la bibliothèque. Il connaît la collection mieux que quiconque d'avoir un catalogue que le voleur portera également. Il manque neuf incunables (livres imprimés avant 1500) et sept livres du seizième siècle.

Le nom de la version rose alsacienne

Chanoine Diss a quitté le mont Sainte-Odile à l'automne 2001. Le père Alain Donius a pris la relève sans rien savoir du vol. En attendant, l'enquête est terminée. Mais peu après son entrée, Alain Donius s'aperçoit qu'un judas a été percé dans l'arbre situé à la porte de la bibliothèque. Un "trou de chignon" pour utiliser ses mots. Comme si on voulait sonner comme l’épaisseur de la porte. Préoccupé, il prend des dispositions en commutant les serrures de la porte. Et pourtant, un nouveau vol est en cours.

L'Abbé, actuellement à la Maison Saint-Pierre à Strasbourg, exprime son étonnement. Il était venu soupçonner un acte malveillant contre lui. En fait, le départ du chanoine Diss et l'ordre d'Alain Donius avaient créé un indice.

«Mon prédécesseur est à l'avant-garde du mont Sainte-Odile depuis plus de 20 ans. Il était très attaché à l'institution et vice versa. Le suivre n'était pas évident. À côté de cela était la portée de la tâche. Le Mont Saint-Odile compte une cinquantaine d'employés à gérer, c'est presque une PME! "

Parce que le larcin ajoute à la désobéissance du voleur. Parfois, il prend le temps de pousser une rose dans le trou de la porte de la bibliothèque … Bernard Fischbach et d'autres journalistes voient un soupçon de Le nom de la rose, l'histoire policière d'Umberto Eco se déroulant dans un monastère …

Descendre soupçonné

Premier suspect de la brigade Rosheim a
commerce d'œuvres d'art ou d'actes de malveillance. La gendarmerie organise une
Surveillez le réseau de vente de livres anciens, y compris le site allemand. mais
mode de fonctionnement suggère qu'il est un habitué sur scène:
La quantité de livres manquants implique que le voleur a fait plus
visites et il n'y a aucune preuve de cambriolage.

La piste de circulation des œuvres d'art ne fournit rien. La gendarmerie soupçonne alors un client régulier de l'hôtel ou une personne de la maison. Nous ouvrons le registre des chambres d’hôtel au Mont Sainte-Odile, nous interrogeons le personnel … Le climat de suspicion s’est légèrement alourdi à chaque nouveau vol découvert. La gendarmerie a installé un système de vidéosurveillance pour tenter d’attraper le voleur en flagrant délit.

«On leur a assuré que cet homme sans ingéniosité est proche du mont Sainte-Odile, pour qui les courbes, les crochets et le rythme de vie des institutions n'ont pas de secret. Pour ne pas être surpris de voir Jean-Marie Le Minor jouer [l’ancien responsable de la bibliothèque] sur le petit écran. "

Bernard Fischbach: Col du Mont Sainte-Odile

Un passage secret connu de certains initiés

Pourtant, le professeur d'anatomie et bibliophile n'a rien à voir avec cela. Ou alors … C'est le cas de la farce: le voleur était bien dépendant du travail de Jean-Marie Le Minor. Il a non seulement volé le catalogue de livres que l'ancien directeur de la bibliothèque avait patiemment préparé, mais il a surtout utilisé son travail d'archéologue!

Tout en travaillant à la valorisation de la bibliothèque
Mont Sainte-Odile avec deux amis, Jean-Marie Le Minor a redécouvert un
pièce oubliée à côté de la bibliothèque. Il n'a pas tardé à le décrire en un
article publié dans Carnets alsaciens d'archéologie, d'art et d'histoire.
Qui a été entendu par Stanislas Gosse quand il a fait
recherches sur le mont Sainte-Odile. Un passage presque secret, que seul
certains scientifiques savaient.

En bas à droite, vous voyez un panneau de bois entre les livres. Derrière, le passage secret pris par le voleur (document fourni).

C'est là que le voleur entre en scène. Mais il ne remarque pas les mini caméras de surveillance qui le surveillent maintenant. Pour anticiper l’absence de cambriolage, les sexes creusent l’hypothèse d’un enregistrement fermé. Ils ne tardent pas à découvrir le passage secret caché derrière un placard de la bibliothèque. L'ouverture mène à une fenêtre sans pièce, celle décrite par Jean-Marie Le Minor dans son article d'archéologie. Dans le grenier, une trappe accessible avec une échelle de corde. Elle ouvre dans le grenier. Les sexes détectent également les sacs à ordures et les chutes de cuir. Trace le cambrioleur. Ils gardent leur trace!

Amour des livres et risque

Le voleur, employé de mécanique, enseigne à l'Université de Strasbourg. Il ne fait rage que pendant son temps libre. Il faudra attendre plus longtemps avant que cela ne se manifeste et ne soit attrapé par le fait.

Après son arrestation, l'épiscopat lui accorde un pardon religieux, mais la plainte pour vol est maintenue. Au cours du procès qui s'est tenu en juin 2003, le tribunal du juge pénal de Saverne a fait l'objet d'une attention médiatique, en plus du banal accident d'accusation majeur habituel. France 2 a fait le voyage et la couverture de l’AFP sera reprise par la presse étrangère. Stanislas Gosse s'explique, confus:

«Je sais que cela semble égoïste, mais j’ai eu le sentiment que ces livres étaient abandonnés et non utilisés. Ils étaient couverts de poussière, il y avait des gouttes de colombe, j'avais l'impression que personne ne les consulterait. "

A ce mobile a été ajouté le goût de l'aventure et du jeu, confesse-t-il. Par conséquent, les roses ont été fixées à la porte de la bibliothèque.

Enfin, "Arsène Lupin, du mont Sainte-Odile", surnommé la presse, a été condamné à 18 mois d'emprisonnement sans peine, à 6 000 euros d'amende et à 11 000 euros de dommages et intérêts, en plus des frais d'avocat. C'est un soulagement pour le défendeur qui échappe au rayonnement du service public. Il peut continuer à enseigner.

Un monde si petit

Il ne fait aucun doute qu'il existe un désir de posséder les œuvres précieuses. Sur plusieurs d'entre eux, il y a des ex-libris au nom du voleur au lieu du mont Sainte-Odile. Stanislas Gosse a apposé son nom sur plusieurs étiquettes et a parfois tenté d'écrire du gothique ou de dessiner des petits cœurs … Comme il aurait pu le faire sur ses cahiers alors qu'il était l'élève de Paul-Antoine Dantès!

Ex-libris appliqué par Stanislas Gosse et récupéré par Paul-Antoine Dantès (document soumis).

C'est la surprise ultime pour le nouveau directeur de la bibliothèque au moment du retour du livre. En ouvrant les 22 cartons donnés par la police, il découvrit le nom abasourdi d’un de ses anciens élèves du 5e, puis par le terminal du collège diocésain de Saint-Étienne. Un étudiant "brillant mais très réservé" dans sa mémoire.

La surprise est également grande pour le père Donius. Lorsque le voleur l'appelle pour demander pardon, il lui dit qu'il est l'un de ses anciens élèves et qu'il l'a préparé pour confirmation!

Un début, "un peu comme Notre-Dame"

La vie a repris au Mont Sainte-Odile, les étiquettes au nom du voleur ont été enlevées dans la mesure du possible. Cependant, Paul-Antoine Dantes a longtemps reproché à la presse de prendre la chose à la légère et a très peu goûté au "roman" ou à "l'ingéniosité" de son ancien élève, encore moins au surnom "Arsène Lupin".

En 2006, il a signé un article dans la bibliothèque de Mutzig et la Near History Society. La presse locale, spécialisée et même la culture française prennent leur rang:

«Certains commentaires vont tellement loin qu'ils sont enthousiasmés par l'ingéniosité perfide du voleur. Ceci inclut un article d'un magazine régional trimestriel [Saisons d’Alsace, éditée par les DNA] cela a habitué ses lecteurs à un peu plus de rigueur. L'auteur salue "la bagarre d'un jeune homme à tous égards", ne sachant pas que ce qu'il appelle "un cambriolage sans conséquences exagérées" a entraîné la fixation d'étiquettes (jusqu'à quatre sur certaines doubles pages!). […] Dans le registre de la facilité, on peut se reporter à une émission diffusée le 23 septembre 2003 par France Culture et Gérard Oberlé […] et se dit dans un grand éclat de rire prêt à adopter le mur de la passe. "

Paul-Antoine Dantès: La bibliothèque du mont Sainte-Odile, retrouvée et retrouvée: pour une autre lecture des sites en Annuaire 2006 de la Société d'histoire de Mutzig et de sa région

Le voleur de vagues a été collecté en 2 ans. 22 cartes au total (document soumis).

Un effet "Notre-Dame-de-Paris"

Malgré son agacement, Paul-Antoine Dantès reconnaît dans ce même article que cette affaire aura nourri son intérêt pour la bibliothèque du mont Sainte-Odile. Et passer de son hypothèse au débat des historiens. Dans l'article dans lequel il prend sa diatribe, il propose de visiter la bibliothèque du mont Sainte-Odile et la salle basse, lieu de travail dédié à la calligraphie et à l'éclairage. D'autres hypothèses suggèrent que la bibliothèque à cette époque était une sacristie ou une salle de chapitre.

Il n'est pas le seul à se passionner pour le mont Saint-Odile. Après le battage publicitaire entourant cette affaire, le père Donius affirme avoir accueilli un public qui semblait redécouvrir un héritage culturel oublié depuis longtemps:

«Tout bien considéré, c'est un peu le même phénomène qu'avec Notre-Dame-de-Paris après l'incendie. Les gens se sont soudainement souvenus du mont Sainte-Odile. J'ai vu des visiteurs animés par une curiosité qui pouvait être spirituelle … Mais pas seulement. Certains semblaient être à la recherche du fameux passage secret. "

Le protagoniste de l'affaire enseigne toujours
Strasbourg. Il ne voulait pas suivre nos demandes.

L’assurance dommages-ouvrage est à souscrire dans tous travaux de construction, cependant également en de travaux de rénovation si ceux-là mettent impliqué la solidité de la construction et pourquoi pas risquent de la redonner inhabitable.

Cette aplomb est vocation à protéger l’assuré malgré désordres qui peuvent survenir, et le mettre en conflit avec le constructeur ou la société de rénovation. Dans ce cas, une de double toupet se met hors jeu : la garantie « maîtrise dommages-ouvrage » donne l’opportunité à l’assureur de dédommager son assuré dépourvu recherche de responsabilité de tel ou tel intervenant. L’assuré est donc très rapidement indemnisé. Et l’assureur « dommages ouvrage » cherche ensuite à se fabriquer rembourser près l’assureur responsabilité décennale du constructeur. Et cela prend en général plusieurs années.


Laisser un commentaire