L'Europe rappelle à la France, donc à la FGAO, de commander

 assurer ses travaux

L'Europe rappelle à la France, donc à la FGAO, de commander assurer ses travaux

Evaluez votre protection Gratuitement :

Alors que la FGAO refuse de garantir des fournisseurs de services gratuits (LPS), la Commission européenne vient de noter le respect par la France de ce qu'elle considère être une violation des règles européennes.

Tout a commencé avec un plainte déposé en avril 2013 par Courtier SFS, spécialiste enla sécurité du bâtimentqui pratique le service gratuit en distribuant des contrats d'assurance en France en France Elite British Company et la compagnie d'assurance Alpha danois depuis plus de 12 ans (dommages et RC décennal principalement). Les travailleurs de la construction (promoteurs, entrepreneurs, etc.) leur ont régulièrement fait part de leurs doutes quant au risque de couverture d'entreprises étrangères dont le contrôle de la solvabilité est effectué dans un autre pays.

Une "plainte de citoyen"

Le groupe a donc décidé de soumettre un "Plainte citoyenne" avec Commission européenne pour violation de son État des textes européens. "Nous avons déposé une plainte auprès de la Commission européenne concernant les dispositions du code des assurances qui, selon l'interprétation des autorités nationales, limitent la couverture de la FGAO aux seules compagnies d'assurance françaises basées en France et actives dans le secteur de la construction" exactement Antoine Guiguet, PDG de SFS Franceavant d'ajouter: "Cette plainte s'inscrit dans un contexte plus général avec des tentatives des acteurs de la construction et du marché de la construction de s'interroger sur l'étendue des garanties pouvant être offertes par les opérateurs opérant dans le cadre du LPS et du droit d'établissement. (Remarque: Liberté d'établissement, appelée "LE").

Différences d'interprétation

FGAO (Fonds de garantie des assurances obligatoires) dont le rôle consiste notamment à garantir la couverture des créances en cas de violation d'une entreprise d'assurance dans le cadre de la couverture des garanties obligatoires, a toujours soutenu jusqu'à présent que sa mission était limitée aux sociétés d'assurance ayant reçu une accréditation en France délivrée par l'ACPRet non aux entreprises étrangères travaillant sur le marché français. Pour SFS et de nombreux autres acteurs pratiquant le LPS, il s’agit d’une interprétation erronée des textes qui les affecte gravement en termes de crédibilité vis-à-vis de leurs clients. Sans compter que cette question est au cœur de l’idée même de la construction de l’Union européenne et du libre-échange entre ses États membres.
Après plus d'un an d'instruction sur ce sujet, la réponse de la Commission européenne cet été: par lettre envoyée en juillet 2014, La Commission européenne demande officiellement à la France de donner toutes les raisons de ce qu'elle considère être une violation des règles européennes.

Taille unique

Si cette mise en demeure devait être suivie des effets attendus par la Commission européenne, à savoir l'entrée en vigueur de la loi française et élargir le rôle de la FGAO aux entreprises pratiquant le LPS en France, toutes les réserves émises par les principaux acteurs du marché concernant la solvabilité des compagnies d’assurances étrangères tomberaient dans l’eau. Le marché de l'assurance construction avec dommages aux usines est particulièrement concerné, mais ce n'est pas le seul secteur pour lequel LPS offre des opportunités de développement significatives. D’une part, les compagnies d’assurance «LPS Design», qui ont connu leur premier succès sur le marché des disques optiques, ont élargi leur offre en complétant le domaine de la responsabilité annuelle du fabricant, notamment: D'autre part, d'autres branches sont déjà inquiètes, par exemple RC médical. Contacté parArgus, la FGAO a logiquement renvoyé le débat au niveau de l’État français, et donc de bercy, directement contesté, qui va bientôt répondre de manière plus que sensible à cette question.

* Dans une lettre datée du 15 octobre 2012, adressée à Dominique Sizes, président de la Chambre syndicale des courtiers d’assurances, Loïc Bouchet, directeur de la FGAO, indique clairement: "Une compagnie d’assurances, bien que dûment autorisée L’État membre d’origine de la sécurité obligatoire des bâtiments et opérant en France sous LPS ne sera pas couvert par la FGAO contre le risque de défaillance en cas de révocation de l’agrément.

En de sinistre grave, l’assurance Dommages Ouvrage vous garantit une indemnisation rapide (moins de 60 jours) pour financer les travaux de réparation faisant l’objet de la garantie décennale.


Laisser un commentaire