Les victimes exigent des réponses du gouvernement provincial

 assurer sa rénovation

Les victimes exigent des réponses du gouvernement provincial assurer sa rénovation

Evaluez votre protection Gratuitement :

Un groupe important de victimes de la ville de Sainte-Marthe-sur-le-Lac a pris les pancartes pour participer à une marche suivie d'un rassemblement symbolique au centre de la société, où se trouve temporairement le bureau d'indemnisation du ministère de la Sécurité publique. Tout s'est déroulé le samedi 8 juin à. 13.30.

La première collecte a eu lieu à l'intersection de la rue Louise et de la 27e avenue. Les gens allaient, chantant le nombre de phrases, demandant "réponseDe la direction provinciale.

En fait, ces citoyens sont mécontents des offres de compensation actuelles du ministère de la Sécurité publique qui les décrivent comme insuffisantes. Les organisateurs de la marche ont affirmé que les inondations à Sainte-Marthe-sur-le-Lac n'étaient pas causées par un débordement des Deux Montagnes, mais par la rupture d'un fossé. un livre sous la responsabilité des citoyens et du gouvernement du Québec.

"Nous demandons au gouvernement du Québec une indemnisation raisonnable des dommages subis à la suite des événements du 27 avril. Que les gens veuillent quitter ou rester là-bas, nous demandons une indemnité basée sur la valeur marchande de leur propriété. 26 avril 2019."

Geste symbolique

De nombreux citoyens touchés par ces inondations ont créé leurs propres personnages, allant de la créativité à certains. Les organisateurs ont invité les randonneurs à porter des bottes de pluie, des bottes de travail, des masques et des rames pour soutenir les panneaux.

"Les mouvements symboliques sont les bienvenus car ils ne compromettent pas le risque des participants et ne causent pas de préjudice. Ce voyage est paisible et familial."

Notez la présence très appréciée de la commission de police du lac des Deux Montagnes. La police a sécurisé les rues et escorté les participants jusqu'au centre communautaire.

"Nous voulons des réponses"

Une fois dans la salle départementale provisoire, Christian Hardy, un porte-parole touché par les inondations, a annoncé que les représentants des citoyens devraient rencontrer le sous-ministre pour faire connaître leurs revendications.

"Je voudrais vous remercier d'être ici. Nous voulons que les autorités comprennent que les 6 000 personnes vivent. Nous vivons dans une situation inhabituelle en tant que victimes d'une plongée, d'une infrastructure et d'une responsabilité de la ville et du gouvernement provincial.dit M. Hardy Nous voulons être pris en compte par le gouvernement et par M. Legault. Nous voulons qu'il reconnaisse ce caractère inhabituel, nous voulons de l'action. Notre vie est suspendue, c'est difficile. Tout le monde est pris au piège et nous n’avons pas à supporter tous les effets des mauvaises décisions du passé. Nous voulons maintenant une aide adaptée à notre contexte particulier!"

La rencontre avec ce sous-ministre a duré plusieurs minutes, tandis que les promeneurs attendaient sur le parking. La délégation a finalement quitté la salle temporaire pour partager un rapport.

"Nous avons pris le temps de partager nos demandes. Nous avons tout en détailconclut Christian Hardy. Le sous-ministre a déclaré qu'il transmettrait les éléments auxquels le Premier ministre avait assisté. Il était ouvert à nous et a déclaré que le ministre de la Sécurité publique et du Gouvernement avait reconnu le caractère exceptionnel de la situation."

"Ils réfléchiront à la situation pour trouver des solutions appropriées. Les décisions vont probablement tomber dans la semaine à venir, uniquement en termes de planification urbaine. Rien sur la compensation. Ils vont y réfléchir dans les prochaines semaines."

Ce dernier a conclu sa déclaration en invitant le Premier ministre, François Legault, à rencontrer les victimes face au caractère extraordinaire de Sainte-Marthe-Lac-Lac. Selon M. Hardy est-ce "l'une des pires inondations de l'histoire du Québec."

Vous devez souscrire une cran dommages-ouvrage à la compagnie d’assurance de votre choix, avant l’ouverture du chantier, pour la réalisation de travaux de construction.

Cette sûreté vous permet en cas de sinistre d’être remboursé de la intégralité des travaux de réparation des dommages couverts par la garantie décennale, sans attendre qu’intervienne une décision de justice.


Laisser un commentaire