Les municipalités ont-elles l'obligation d'entretenir les routes rurales?

 l’assurance des travaux

Les municipalités ont-elles l'obligation d'entretenir les routes rurales? l’assurance des travaux

Evaluez votre protection Gratuitement :

Les remparts sont définis comme des routes appartenant aux municipalités et attribuées à l'usage du public.1. En dehors de l'agglomération alors qu'elles sont ouvertes au trafic public, elles ne sont pas classées comme des routes municipales et font donc partie du domaine privé de la municipalité.2.

Bien que la tâche des transports publics leur donne la qualification de travaux publics3 et si le travail exécuté a un caractère de travail public4Les routes nationales sont soumises à un régime de responsabilité assez spécifique – car elles sont fondamentalement exemptées des municipalités qui les possèdent – principalement en raison de l'absence d'obligation légale de les entretenir.5.

Légalement obligé d'entretenir les routes rurales

Le site à prédominance agricole de la ferme rurale explique que ni le législateur ni le juge administratif n’ont imposé aux municipalités l’obligation de maintenir ces routes ouvertes au trafic public.

Selon les dispositions des articles L. 2321-1 et L. 2321-2 du code général des collectivités territoriales, seuls les frais d'entretien des routes communales sont obligatoires.6. Les municipalités doivent donc entretenir régulièrement leurs routes municipales7; L’obligation, qui concerne également les anciennes routes de campagne, devient des routes municipales8.

Par ailleurs, ils n'ont aucune obligation légale d'entretenir leurs routes rurales, qui ne sont pas classées dans leur domaine de routes publiques.

C'est une solution constante adoptée par le juge administratif qui a posé le principe suivant: "les municipalités ne peuvent pas être entretenues pour l'entretien des zones rurales, sauf si, après leur intégration dans la route, elles auraient effectué un travail à cette fin. pour assurer ou améliorer sa viabilité et ainsi accepter la maintenance effective9.

En d'autres termes, l'entretien des pistes rurales n'est obligatoire pour les municipalités que si elles ont décidé d'y effectuer des travaux de viabilité.

Et même si la municipalité est responsable de la police et de la préservation des zones rurales10La force de police du maire n'a ni pour objet ni pour effet d'imposer aux municipalités l'obligation d'entretenir leurs routes de campagne. En outre, il existe une obligation de développer ces moyens11.

Il n'appartient qu'aux maires d'utiliser leur force de police pour réglementer, le cas échéant, l'interdiction du trafic routier et pour prendre les mesures qui s'imposent pour assurer leur préservation.12.

Cela peut conduire à la décision d'assurer un passage simple et, à cet égard, de préserver l'affectation du trafic rural au trafic public13.

Mais le fait que les municipalités aient décidé de ne pas entretenir leurs routes de campagne ne signifie pas nécessairement un manque total d'entretien.

Les propriétaires fonciers d'une route de campagne peuvent, dans certaines conditions énoncées à l'article L. 161-11 du code rural et de la pêche maritime, proposer d'effectuer les travaux nécessaires à l'entretien ou à la maintenance de la route dans un état viable. ou demander l'institution ou l'augmentation de la taxe proposée par l'article L. 161-7 du même code14lorsque des travaux sont nécessaires ou qu'une route de campagne n'est pas entretenue par la municipalité15.

… Les municipalités qui les possèdent n'interdisent en principe pas leur responsabilité pour non-entretien

L'absence d'obligation légale d'entretien des routes a pour conséquence de dégager les municipalités de toute responsabilité en matière de non-entretien.

À cet égard, le tribunal administratif conclut qu'il est peu probable que la responsabilité d'un dysfonctionnement dans une municipalité en raison de dommages causés par une route de campagne soit exercée en raison d'un manque d'entretien normal16.

Cette solution diffère du mécanisme habituel de responsabilité pour faute, ce qui signifie que le manque d'entretien d'un ouvrage public est une erreur susceptible d'être responsable de la collectivité publique.

Il en résulte que le propriétaire d'un terrain desservi par une route de campagne ne peut obtenir réparation du préjudice résultant de la non utilisation de cette route en raison d'un entretien insuffisant.

Néanmoins, cette solution est inversée et la responsabilité pour infraction à la municipalité est engagée si celle-ci "exécutée après la construction de la route dans les zones rurales, vise à assurer ou à améliorer la viabilité et a ainsi accepté d'assumer, de fait, l'entretien"17.

Lorsque le propriétaire de la commune décide de maintenir sa route de campagne, il est responsable de tout dommage causé par l'erreur liée au manque d'entretien ou au mauvais entretien de cette manière.18.

Par exemple, si une tare sur une route de campagne peut être considérée comme marquant l'acceptation par la municipalité d'assumer effectivement les travaux d'entretien.19Cependant, ce travail doit être de taille suffisante et ne pas simplement remplir les lames sur une petite surface de quelques mètres20.

Enfin, une décision légale selon laquelle une municipalité décide légalement de ne pas entretenir les routes rurales sans encourir de responsabilité en raison d'une erreur peut raisonnablement être engagée en cas de dommage anormal et particulier21.

Cela contribue à atténuer certains des inconvénients de ce système de réactivité mis en place au profit des municipalités qui ne continuent pas à entretenir leurs routes de campagne.

Donatien de Bailliencourt, avocat, HMS Avocats


premier La première définition de la notion de route rurale découle de la loi du 20 août 1881 relative au code rural, qui reste en vigueur jusqu'à l'entrée en vigueur de l'arrêté du 7 janvier 1959, et dont l'article 1st a déclaré: "Les masses terrestres sont les routes appartenant aux municipalités à des fins publiques et non classées comme routes vicinales".

2 Article L. 161-1 du code rural et pêche en mer.

troisième EF, 2 octobre 1987, Commune de Labastide-Clairence, Req. Non. 71122, rec. T. 991.

4 TC, 11 novembre 1882, Quinon, Rec. 884; EF 1st Octobre 1965, cons. Bidaud, Rec. 479; TC, 28 juin 1976, Ernest Morvezen, Rec. page 700.

5 En principe, le manque d'entretien des travaux publics ou la mauvaise performance des travaux publics impliquant les utilisateurs de la victime implique la responsabilité des erreurs présumées du propriétaire public des travaux publics ou pour le compte desquels des travaux publics ont été exécutés (voir par exemple: CE, 23 juillet 2014, demande no.

6 V. également article L. 141-8 du code de la route.

7 CAA Bordeaux, 1st Mars 2018, SNCF, req. Non. 15BX03993.

8 CAA Marseille, 14 décembre 2018, req. Non. 17MA03003.

9 CE, 20 novembre 1964, Cité de Carcassonne, req. Non. 60842, rec. 573; CE, 20 janvier 1984, société civile du Domaine du Bernet, Req. Non. 16615, Rec. page 12; CE, 26 septembre 2012, Jackie Garin, req. Non. 347068; CE, 24 mars 2014, SCI Les Verdures, req. Non. 359554; CAA Nantes, 30 décembre 1999, req. Non. 97NT01017; CAA Marseille, 2 avril 2013, req. Non. 10MA02495; CAA Versailles, 20 novembre 2018, req. N ° 16VE00503: "Les dispositions de l'article L. 161-5 du code rural et la pêche maritime n'ont pas pour objet ni pour effet d'imposer aux communes l'obligation de maintenir ces itinéraires".

10 Article L. 161-5 de la loi rurale.

11 CAA Douai, 21 juin 2016, req. Non. 14DA01494; CAA Lyon, 20 décembre 2018, req. Non. 17LY00003.

12 CE, 26 septembre 2012, Jackie Garin, req. Non. 347068; CAA Versailles, 20 novembre 2018, req. Non. 16VE00503; CAA Lyon, 20 décembre 2018, req. Non. 17LY00003.

13 CAA Bordeaux, 7 mai 2014, req. Non. 12BX02372.

14 Le 1erst La section L. 161-7 prévoit qu'un financement fiscal des travaux et de l'entretien des routes, qui avant leur intégration dans la route, était créé ou entretenu par des syndicats fonciers ou des syndicats autorisés, ou établi en vertu de l'article L. 121-17. la taxe est répartie en fonction de l'intérêt de chaque bien dans les travaux.

15 En vertu de cet article L. 161-11, la demande doit être présentée soit par moitié plus une des parties intéressées représentant au moins les deux tiers de la superficie des propriétés desservies par la route, c'est-à-dire. les deux tiers de ceux représentant plus de la moitié de la superficie. Le conseil municipal doit examiner cette proposition dans un délai d'un mois.

16 CE, 20 novembre 1964, Cité de Carcassonne, req. Non. 60842, rec. 573; EF 1st Octobre 1965, cons. Bidaud, Rec. 479; CE, 30 octobre 1968, Boudillet, req. Non. 72736, rec. 531; CE, 26 septembre 2012, Jackie Garin, req. Non. 347 068.

17 CAA Marseille, 2 avril 2013, req. Non. 10A02495; CAA Lyon, 20 décembre 2018, req. Non. 17LY00003.

18 CAA Bordeaux, le 28 mars 2019, req. Non. 17BX00893.

19 Représentant Min. Questions à c07759, EFT Sénat du 10 janvier 2019.

20 CAA Marseille, 2 avril 2013, req. Non. 10MA02495.

21 CAA Bordeaux, le 29 novembre 2018, Req. Non. 16BX03812.

Cette audace doit nécessairement être souscrite avant le démarrage des travaux. Certains assureurs la commercialisent même quand le emplacement a démarré, cependant dans ce cas, la tarification varie quasiment du aisée or double, « logique, dans ce cas, il y est un pas mal fort soupçon de la des assureurs qui craignent que le particulier la souscrive tard pour cause de travaux mal engagés », explique un courtier.


Laisser un commentaire