Le contrat de l'architecte peut-il contenir une clause d'exclusion pour toute condamnation solidaire? Par Julie Raignault, avocate

 assurer sa construction

Le contrat de l'architecte peut-il contenir une clause d'exclusion pour toute condamnation solidaire? Par Julie Raignault, avocate assurer sa construction

Evaluez votre protection Gratuitement :

1ère publication

Dans un arrêt du 14 février 2019 (n ° 17-26.403, ALBINGIA / MAF et autres), la troisième chambre de la Cour de cassation décida la possibilité qu'un architecte du contrat le lie au maître d'oeuvre sauf en cas de condamnation. solidement.

La Cour avait déjà commenté cette affaire le 19 mars 2013 (n ° 11-25.266) et avait ensuite procédé à un revirement discret de sa jurisprudence depuis 1980, mais le jugement de 14. Février 2019, qui va dans le même sens, est très répandu cette fois, ce qui n'était pas le cas du précédent.

Le contexte de l'affaire.

Un constructeur a fait construire un bâtiment en vue de son achèvement dans le futur, y compris un contrat avec une société d'architectes. Au cours de la construction, des infiltrations ont eu lieu et ont été compensées par le promoteur et la compagnie d'assurance de biens, qui a ensuite affecté les différents intervenants, y compris l'architecte.

L’architecte et sa compagnie d’assurances ont alors réclamé une clause des conditions générales du contrat d’architecture stipulant que l’architecte ne peut en aucun cas être tenu pour responsable, et en particulier de manière distincte, pour les dommages résultant des actions ou des omissions du pouvoir adjudicateur ou des autres parties impliquées dans l'opération visée par le présent contrat ».

Quelle solution a été proposée par les juges du fond puis par la Cour de cassation?

Le Tribunal ne prend pas en compte les dispositions contractuelles – ni les arrêts antérieurs de la Cour de cassation – et condamne l'architecte et sa compagnie d'assurance solidement avec d'autres fabricants.

La Cour d'appel de Paris réforme cette décision et utilise la clause en faveur de l'architecte. Les architectes et sa compagnie d’assurances sont condamnés dans le cadre de la répartition de leurs responsabilités, tous les autres contributeurs à l’immeuble étant réputés coupables d’être condamnéssolide pour le solde restant.

La Cour d'appel de Paris a approuvé la Cour d'appel de Paris dans son arrêt du 14 février 2019 du 19 mars 2013, compte tenu du fait que la clause d'exclusion d'une ou plusieurs peines s'appliquerait en cas d'obligation. solidement.

Quels problèmes cette jurisprudence pose-t-elle?

Ce qui peut paraître surprenant, c’est que le schéma d’engagement solidement est conforme à l'obligation de solidarité de la Cour, alors que les deux notions sont différentes. Ce sont bien sûr des poches, mais pas identiques. devoir solidement est un large éventail de solidarité, une solidarité imparfaite qui ne produit que les effets principaux, alors que l’engagement de solidarité est une solidarité parfaite.

Certes, le terme "solidarité" et l'utilisation du terme "condamnation de la solidarité" après un arrêt de la Cour suprême du 13 novembre 1967 et l'autre empêchent 22. Mars 1968, l'existence d'une obligation n'était pas solidement.

Néanmoins, comme l'ont souligné de nombreux auteurs, l'interprétation extensive de la clause du contrat invoquée par l'architecte peut être regrettable. Monsieur. BOUBLI souligne notamment que " l'obligation "conjointement et solidairement" établit (…) des obligations communes qui échappent au principe de division, dans la mesure où chacun des cautionnements a sa propre dette et qu'il consiste à réparer l'intégralité du dommage « Et » limiter l’obligation du débiteur au rôle qu’il a joué lors de l’exécution du préjudice remettrait en question le concept même solidement (RDI 2013 p. 216).

Et lorsque la solidarité imparfaite résulte d'une condamnation judiciaire et n'est pas due à l'application de dispositions contractuelles, il s'agit en définitive de limiter les pouvoirs du jugement contenu dans le contrat.

Il est également plus difficile d’indemniser les victimes … alors que l’obligation solidement avait été conçu pour le favoriser, en particulier lorsque les dommages causés résultaient d'une faute commise par de nombreux auteurs.

Il n'est pas anodin de souligner que l'obligation solidement ne figure plus dans l'ordonnance du 10 février 2016, qui a réformé la loi sur les obligations, a confirmé l'abandon dans le projet de loi sur les engagements en cours.

Une autre question pourrait également se poser: cette interprétation, qui profite au développeur, ici à l'architecte, pourrait-elle également s'appliquer à la responsabilité annuelle? On peut imaginer que non … l'ordre public est ici sur la question.

Des condamnations pénales sanctionnent le défaut d’assurance : emprisonnement de dix jours à 6 mois et/ou amende de 75 000 euros.
Ces sanction ne s’appliquent pas en or particulier qui construit ou réhabilite un logement pour l’occuper lui-même et pourquoi pas le former occuper par son conjoint, ses ascendants, ses b et pourquoi pas ceux de son conjoint.
Par ailleurs, en cas de vente de la maison après travaux, le notaire est obligé de vérifier l’existence de cette assurance.


Laisser un commentaire