La révolution épigénétique + La symphonie de la vie – Afis Science

 Dommage ouvrage

La révolution épigénétique + La symphonie de la vie – Afis Science Dommage ouvrage

Evaluez votre protection Gratuitement :

Lecture de Christophe de la Roche Saint André – SPS N ° 329 – Juillet / Septembre 2019

L'épigénétique est "le domaine le plus passionnant de la biologie aujourd'hui", une "science fascinante" au fond d'un "nouvel héritage"; "En moins de dix ans, la révolution épigénétique a révolutionné la biologie" est "l'une des révolutions scientifiques les plus importantes des cinquante dernières années … qui changera votre vie!" Les superlatifs ne manquent pas de décrire cette discipline comme étant la biologie, qui, selon Wikipedia, "examine la nature des mécanismes qui changent de manière réversible, transmissible (au cours de la division cellulaire) et adapte l'expression des gènes sans modifier la séquence des nucléotides (ADN)". Des années d'intentions et de qualités différentes Quatre d'entre elles ont fait l'objet de lecture de messages, en voici deux, vous retrouvez les deux autres également sur notre site:


La révolution épigénétique

Votre style de vie signifie plus que votre héritage

Valérie Urman

Albin Michel, 2018, 150 pages, 14 €


en La révolution épigénétique Témoignage de cinq personnes présentées en tant qu'experts dans le domaine "pour éclairer cette révolution" (au dos de la couverture) sous forme d'interviews de la journaliste Valérie Urman, présentées par Short Intermèdes, signées Patrice van Eersel. Le livre est basé sur la résistance supposée entre l'épigénétique et la génétique, le premier tenant le "beau rôle". Ainsi, selon le résumé, l'épigénétique "reprend tous les dogmes génétiques" et permet à l'individu de se débarrasser de la "dictature" des gènes. Sans parler du sous-titre qui ressemble à un slogan: votre style de vie est plus important que votre héritage, une affirmation aussi dogmatique que contraire, qui soutiendrait la génétique. La richesse du livre pourrait, en principe, reposer sur la complémentarité des spécialistes recherchés, qui doivent "en parler de manière rationnelle et éviter les tensions excessives" (p.16). Les instructions ne semblent pas être respectées, à en juger par le titre du premier témoignage, à savoir Joel de Rosnay: "Vous pouvez devenir le leader de vos gènes!" (S.21), qui fait écho à l'opus publié par celui-ci depuis quelques mois. page sur le même sujet (The Symphony of Living). Dans le (trop) rapide aperçu de la génétique, nous pouvons noter une omission importante: le fait que ce sont les généticiens qui ont décrit pour la première fois les mécanismes en jeu dans la réglementation de la génétique. expression de gènes en réponse à l'environnement (découverte que lui ont donnée ses auteurs, François Jacob et Jacques Monod, avec André Lwoff, prix Nobel de physiologie ou de médecine en 1965). "Nous avons donc découvert pourquoi l'expression des gènes est variable et adaptable …" (p. 27): Par conséquent, affirmer qu'il s'agit d'une découverte pouvant être attribuée à l'épigénétique n'est pas légitime. Le résumé et la description simplifiée des mécanismes moléculaires sur le lieu de travail en épigénétique, combinés à une métaphore musicale, permettent à Joël de Rosnay de confirmer: "C’est ce que l’épigénétique est: nous sommes des dirigeants de notre propre corps" (p. 28), tandis que nous flirtons avec une réhabilitation propre et simple du lamarckisme: "Je considère qu'il est plus simple … de considérer l'héritage des caractères acquis comme probable" (p. 29). "C’est le point crucial: tout le monde peut faire quelque chose pour lui-même, oui! (P.31): Cette conclusion, que l’on peut supposer, serait justifiée par des découvertes épigénétiques, qui expliqueraient les avantages de" cinq facteurs clés "(nutrition, exercice). , gestion du stress, plaisir et harmonie sociale.) Nous sommes confrontés à une forme de discours performative, dans laquelle il suffit d’ajouter des expressions épigénétiques pour conférer des propriétés, telles que des habitudes alimentaires basées sur la complémentation de céréales et de légumineuses, qui serait "hautement efficace en épigénétique" ( p 34).

Le cardiologue Dean Ornish peut formuler le même type de critique sur l'effet de l'épigénétique sur ce "médicament pour améliorer le mode de vie" (p. 60). Il est certainement vrai que certains changements de mode de vie peuvent améliorer la santé des personnes atteintes de diverses maladies chroniques. S'il est difficile de critiquer un programme médical fondé sur les avantages de bien manger, de bouger plus, de gérer son stress et de mieux aimer, nous pouvons rester plus sceptiques quant à "trouver notre équilibre enfoui en nous-mêmes" (page 55). ) ou qu'il faudrait "trois mois pour que le processus commence à affecter votre espérance de vie!" "(S 59). Et bien plus encore, parce que les références bibliographiques utilisées (l'étonnant pouvoir de vos gènes Deepak Chopra et Rudolph Tanzi ou Elisabeth Blackburn et l’effet télomère d’Elissa Epel) sont prudents lorsque vous connaissez l’éditeur (Trédaniel) de ces livres spécialisés dans la publication de livres destinés à un large public, en ésotérisme, religion, médecine alternative et développement personnel, ainsi que dans d’autres domaines ( wikipedia).

Au sujet de l'épigénétique, la généticienne Claudine Junien, la troisième spécialiste interrogée, affirme que "quelque chose d'incroyablement puissant est à l'œuvre …" et ajoute "et nous ne savons toujours pas comment cela fonctionne." (P. 78). Cette dernière observation vise à tempérer la sécurité des premiers contributeurs. Dans cette interview, on discute des "origines développementales de la santé" (p. 80), une notion selon laquelle certaines maladies de l'adulte ont une origine fœtale et que l'épigénétique a apporté à la crédibilité biologique, de sorte que les différences entre les hommes et les femmes médicalement un plaidoyer pour "médecine sexuelle" (p. 85). Dans ce dernier cas, il semble que l'on glisse dans le sujet, sauf à considérer que les différences entre homme et femme sont essentiellement épigénétiques. Cela est un peu implicite: il y aurait en moyenne 1,5% de différences génétiques entre un homme et une femme, alors qu '"environ 40% des gènes s'exprimeront différemment" (p. 87).

Dans le quatrième entretien, l'oncologue David Khayat, qui "immerge le sujet avec une prudence optimiste", discute du rôle de l'épigénétique dans la compréhension et le traitement du cancer (notamment sous la forme de médicaments de type nouveau, d'épi-médicaments ou d'épi-médicaments, page 108). Lorsqu'il parle de la troisième révolution des médicaments anticancéreux (p. 97) ou réservé lorsqu'il admet que "nous manquons encore de preuves" (p. 95), David Khayat parle parfois en tant que scientifique, parfois un homme (110). Malheureusement, vous arrêtez de prendre en charge ("je pense", "je suis convaincu", "je suis convaincu") du chercheur dans son plaidoyer sur l'importance de l'épigénétique dans la pratique médicale. Nous retrouvons quatre fois (page 105, p.109, p.111, p.114) les vertus du jus de grenade, lieu privilégié partagé avec le curcuma ("J'éteins chaque jour six grammes de curcuma!", P. 112). Simplement par la nourriture miracle à la lumière de la complexité du cancer … avec un argument qui laisse un miracle: "Une chose inconsciente peut encore exister" (p. Comment un aliment particulier pourrait-il agir de manière positive et spécifique sur l'expression de gènes impliqués dans le cancer? Bien que cela soit "très probablement" (p.109), le lecteur ne sera pas satisfait.

"Nous sommes toujours dans une vision simplifiée ou fausse si nous pensons que c'est plutôt l'environnement ou plutôt les gènes qui déterminent le résultat" (p.125). "Nous n'avions pas besoin de l'avènement de l'épigénétique pour savoir que l'environnement jouait un rôle clé" (135). Voici deux phrases qui vont peser à l'excès et des omissions d'autres interlocuteurs. Ainsi le dit le généticien Pierre-Henry Gouyon, le cinquième spécialiste qui met également en garde contre l’influence que certaines croyances idéologiques peuvent avoir sur les conclusions scientifiques. Avec parfois des affirmations selon lesquelles on voudrait avoir plus d'arguments comme le fait que l'épigénétique séduirait "beaucoup de gens sont partis parce que cela suggère la primauté de l'individu sur les gènes" (p.133).

Ainsi, l'idée sous-jacente de l'épigénétique prédit le livre de génétique dans son ensemble. La question est de savoir si le mot "révolution" est approprié pour décrire l'augmentation de l'épigénétique. Une révolution scientifique est un changement soudain de paradigme qui implique une rupture, assez radicale, avec des connaissances antérieures plus ou moins vides. Ce n’est pas le cas de l’épigénétique, qui n’est pas de ce point de vue de la "génétique" et ne l’exclut certainement pas d’une science dépassée. L'épigénétique n'a pas envahi «le dogme génétique», elle a permis de comprendre certains phénomènes biologiques échappant à l'analyse génétique classique et de décrire divers mécanismes moléculaires finalement déterminés génétiquement. au travail dans le contrôle de l'expression des gènes. Au lieu d'une révolution, on ne peut parler que d'une expansion relativement rapide des études épigénétiques, en partie à cause d'un plat pour lequel les chercheurs ne sont pas insensibles. Cette expansion se heurte inévitablement à deux types d’embûches: la surinterprétation des résultats, dont certains sont certes captivants, mais toujours fragmentaires, et l’interprétation relativement libre de certains faits (effet de la nutrition sur la santé physique ou la méditation sur la santé mentale) de l'angle d'une cause de type épigénétique. En d'autres termes, tout est ajouté à la "sauce" épigénétique, et parfois, la contribution, cette fois en réalité, confond en génétique. Encore une fois, l'idée que l'environnement au sens le plus large influence l'activité des gènes n'est pas une nouveauté que nous devons à l'épigénétique. Les biologistes ont à maintes reprises distingué le rôle de la génétique et de l'environnement (l'importance de l'environnement pour les propriétés morphologiques des plantes a été décrite depuis le début du XXe siècle par Wilhelm Johannsen, l'inventeur du mot gène). En ce qui concerne l’aspect «libérateur» de l’épigénétique (par rapport à la «dictature des gènes»), nous pouvons nous interroger sur cette vision d’une épigénétique qui domine la génétique là où se trouve cette liberté si l’expérience de notre ascendant expérimente notre propre vie et comment le supposé contrôle de l’expression de nos gènes prendrait le dessus sur les mutations qui pourraient les affecter.



Symphonie du vivant

Comment l'épigénétique va changer votre vie

Joel de Rosnay

Les liens qui libèrent, 2018, 229 pages, 19 €


Afin de distinguer l'épigénétique de la génétique, la différence entre la piste musicale et son interprétation est parfois utilisée. Cette métaphore est soulignée dans le titre, ressemblant au lyrisme, par le dernier livre de Joël de Rosnay. Le sous-titre, Comment l'épigénétique va changer votre vie, peut être qualifié d'ambitieux ou de vantard, selon que vous admiriez ou, comme moi, méfiant. Il est clair que l'auteur utilise largement le domaine des médias sur le sujet: vidéos, interviews dans divers programmes ou magazines. Le fait qu'il soit devenu une référence sur le terrain ne fait pas de lui un expert en épigénétique, en tant que scientifique travaillant sur le terrain. Il est principalement un auteur relativement productif de livres ordinaires, mêlant science populaire et prospective technologique. Son interprétation personnelle de l'épigénétique et des pouvoirs qu'il attribue à Joel de Rosnay, probablement d'une manière qui semble convaincante pour le novice, lui permet de faire passer ses propres idées, notamment en matière d'hygiène personnelle, notamment nutritionnelle (faisant écho à l'un de ses premiers succès Librairie, La Malbouffe, en 1979) et, d’autre part, l’organisation de la société en réponse aux avancées technologiques.

Sur le premier point, je voudrais simplement transmettre un commentaire du lecteur sur le site Web de la FNAC: "Je m'attendais à ce que ce livre m’informe des découvertes sur l’épigénétique et sur la manière de perturber les connaissances actuelles. C’est plutôt un guide pour ceux qui veulent (changer de régime, changer de mode de vie, etc.) Comme dans la révolution épigénétique, il y a de la déception pour ceux qui s'attendent à apprendre pourquoi et surtout comment l'épigénétique peut réellement changer nos vies.

Arrêtons-nous sur le deuxième point, qui est théoriquement l’originalité de la symphonie de la vie, Joel de Rosnay, avec une mise en œuvre audacieuse des concepts de l’épigénétique pour le fonctionnement de la société. Pour introduire cette partie, il reprend le parallèle établi par Richard Dawkins dans le gène égoïste, entre le gène et meme, "l'équivalent culturel du gène" (p.123). Une extension supplémentaire de l'équivalence est proposée à un nouveau néologisme, l'épimétrie, pour faire référence à la "modification de l'expression des mèmes de l'ADN social" (p.141). Sous le couvert d'une telle analogie légitimant "une nouvelle vision de la société humaine", Joël de Rosnay décrit à la lumière de l'évolution actuelle de la société et en particulier de l'existence de nouvelles formes de communication dans la propagation des mèmes. On peut légitimement s’interroger sur la pertinence d’une telle analogie, à travers des niveaux de complexité biologique a priori très différents (molécule à société humaine), à ​​moins que "penser la ville en tant qu’organisme vivant" (p. 187) ne soit pas suffisant. le justifier. La capacité supposée de cette analogie d’enrichir conceptuellement les mécanismes de transfert d’idées de manière à corriger efficacement les dysfonctionnements n’est guère plus convaincante. L’idée clé de cette partie, selon laquelle l’épimétrie permettrait de changer les "mèmes de l’ADN de la société" ou "l’ADN d’Internet" se répète à plusieurs reprises comme un mantra qui finirait par imprégner le lecteur avant de convaincre lui sur les avantages du modèle coopératif pour créer une société plus harmonieuse. De la même manière que pour suggérer que tous les conseils d’hygiène de la vie de la première partie soient validés par le fait que les découvertes de l’épigénétique n’ont pas de véritable justification scientifique (qui ne dévalorise pas tellement les conseils), ils sont convaincus que leur simple mise en œuvre dans la société Il est possible de faire revivre sa fonction est un discours arbitraire sans aucune justification opérationnelle réelle.

Enfin, Joël de Rosnay utilise une expression, l'épigénétique – un mot qui recouvre une réalité scientifique complexe – pour en faire un "produit" séduisant car il peut être adapté à la taille d'un matelas intellectuel qui permet de comprendre les vertus mode de vie sain – "épigénétique pour lui-même" – comme pour la démocratie participante – "l'épiphérétique pour tous" – (204). Bien que certains faits ou avantages soient correctement présentés, nous ne sommes pas loin d'une certaine arnaque intellectuelle en ce qui concerne l'implication épigénétique dans des domaines où cela risque d'avoir peu à dire ou à apporter.


Pour résumer …
Face à un domaine scientifique au moins difficile, deux comportements caractérisent les plus ou moins spécialistes du domaine qui vont l'expliquer: soit prendre le temps de décrire avec une objectivité et une prudence les progrès d'une science sur le train, ou "brûlez les étapes" en extrapolant de manière subjective et rapide certaines données, acquises certaines par l'étude expérimentale de divers modèles biologiques, dont l'extrapolabilité à l'espèce humaine est encore prouvée, les autres reposent sur l'interprétation parfois délicate des données épidémiologiques. La première attitude est-ce Epigénétique en images Outre la manière humoristique de véhiculer certaines idées complexes, les limites du pouvoir explicatif de l'épigénétique rappellent, même si l'épigénétique, selon les arguments développés dans l'épigénétique ou la nouvelle ère de l'hérédité, a permis à l'épigénétique d'échapper aux limites trop étroites de la génétique. . La deuxième position est importanteLa révolution épigénétique (Valérie Urman), et surtout dans Symphonie du vivant (Joël de Rosnay), où il existe encore des données fragiles prises pour acquis ou sur-interprétées, et où certains passent leur "ressenti" avant la "preuve" pour donner gratuitement d'extrapolations extraordinaires, des analogies aventureuses, et même offrir de simples "recettes" vie, dont le lien supposé avec les découvertes épigénétiques semble au moins libre. La spéculation sur la "survente" des effets épigénétiques l'emporte sur ce que le chercheur a réellement à dire. La moindre pente de moindre effort intellectuel est préjudiciable à l'appréhension des résultats, souvent séduisants, d'un champ biologique qui n'a pas dit son dernier mot.

La loi oblige le maître d’ouvrage qui souhaite effectuer des travaux de bâtiment à souscrire une certitude ouvrage avant l’ouverture du chantier. Celle-ci permet de réparer rapidement, en dehors de total recherche de responsabilité, des malfaçons constatées une fois la maison et pourquoi pas l’immeuble construits, qui menacent solidité et pourquoi pas les rendent inhabitables.

C’est le propriétaire du logement construit qui bénéficie de l’assurance dommages ouvrage. Ce existera à lui de la faire agir s’il demeure lieu.


Laisser un commentaire