KMS3 livré et commandé en 2020 (Sones)

 l’assurance des travaux

KMS3 livré et commandé en 2020 (Sones) l’assurance des travaux

Evaluez votre protection Gratuitement :

Poste simple
Alimentation en eau potable: KMS3 livré et commandé en 2020 (Zone)

Les travaux du troisième système de traitement de l'eau et de pompage de Keur Momar Sarr (KMS3) se déroulent bien et en toute sécurité. Depuis mai 2018, les nouveaux travaux de cette nouvelle usine ont atteint un niveau de mise en œuvre global satisfaisant. Telle est la conclusion qui a fait le directeur général de la Société nationale de l'eau du Sénégal (Sones), Charles Fall, qui a réalisé ce site le vendredi 12 juillet 2019. Il était accompagné des consommateurs sénégalais, non seulement pour voir les progrès du travail de première main, mais également pour présenter le projet et ses différentes composantes à ces défenseurs des consommateurs.

Sur le site, les consommateurs ont reçu une présentation détaillée du projet de la part du coordinateur, Abdoul Niang, et de son équipe, de ses différentes composantes et de son impact sur la production d’eau potable. Avant de faire le tour des différents lieux, à savoir: l’usine de traitement, la station de pompage, les étangs, la structure d’aspiration brute, le pipeline, la ligne à haute tension, la station de transformation Sakal-KMS, entre autres.

Pour les stations de traitement et de pompage et les flux, la société en charge des travaux a constaté que 75% des sondages mondiaux, 53% des travaux de génie civil, 91% des équipements mécaniques et des pipelines et 59% des équipements électroniques ont été réalisés.

En termes de livraison d'équipement, 85% des commandes, 55% de la fabrication et 15% de la logistique ont été passés, et des conduites en acier, acier inoxydable, PVC, générateurs et autres ont été livrées sur site.

Par rapport à la construction sur site, 20% des travailleurs ont été achevés.

Dg de la Sones et sa délégation se sont ensuite rendus au lieu de pose de la voie 2. Et, selon Abdoul Niang, sur un total de 216 kilomètres linéaires, 117 ont été posés, dont 109 ont été testés pour voir s'il n'y avait pas de fuite d'eau.

60% du travail effectué

Selon Charles Fall, le travail de KMS3 au niveau mondial a atteint un taux d'exécution de 60%. Pour l'usine, il rapporte que 30% des travaux de génie civil ont été exécutés. Dg de la Sones rapporte que les travaux de cette usine sont "complexes" parce que "la construction et la construction" des travaux sont exécutés en même temps par les sociétés responsables. En d’autres termes, l’entreprise doit non seulement assurer la planification, mais également assurer la mise en œuvre du travail sur le terrain. Pour cette limitation, qui retarde légèrement le temps de travail, l’humidité de la terre et le contrôle des équipements de l’étranger sont fournis.

Malgré le fait que les travaux des différentes composantes du projet n’ont pas démarré en même temps, Charles Fall a annoncé que les travaux seraient réceptionnés et mis en service d’ici à 2020. Et les zones ont pris toutes les dispositions nécessaires pour que ce délai soit respecté.

"Ligne d'alimentation haute tension de 35 km"

Le projet KMS3, dont le coût total est estimé à 274 milliards de dollars. Les francs CFA ne se limitent pas à ces travaux. Il a également une composante énergétique. Cela consiste à fabriquer 35 km de câbles à haute tension qui sont tirés de la centrale de Sakal à Keur Momar Sarr. En outre, un poste de transformation a été construit sur site pour assurer l'alimentation en énergie de tous les produits d'eau potable de Keur Momar Sarr. Cela permettra à ces structures hydrauliques, selon Charles Fall, "d'avoir une autonomie énergétique".

Le PDG de Sones a également noté que la présence d'organisations de consommateurs lors de cette visite sur site est "très importante". Parce qu'il dit: "En tant qu'entité vigilante, mais aussi consciente des dispositions à prendre", ces consommateurs doivent également avoir une idée précise de ce projet structurel, qui apportera à terme une solution durable au manque d'eau. La région de Dakar et ses environs.

"Un projet louable"

Venant massivement, ces organisations de consommateurs disent avoir "ressenti un sentiment de soulagement et de satisfaction". En fait, selon Elimane Sall, vice-président de l'Association fédérale du Sénégal, qui regroupe une douzaine d'associations, cette visite leur a permis de constater le formidable travail accompli par l'État pour l'alimentation en eau potable de la population.

"Nous sommes encore plus satisfaits d'avoir obtenu des garanties et l'assurance que la production actuelle d'eau potable avec cette nouvelle centrale va presque doubler. Ce que nous avons vu nous rassure sur l'avenir de la distribution d'eau potable à Dakar et ses environs. "

Il a ajouté: "D'après ce que nous avons vu aujourd'hui, les gens ont le droit d'être rassurés et de s'assurer un meilleur avenir pour la distribution d'eau potable.

Bien que pas encore réalisé, je pense que l'État fait quelque chose comme ça. Et c’est le lieu idéal pour rassurer les gens sur le suivi du projet et la rapidité avec laquelle les travaux sont livrés.

Souligne que gouverner prédit que le consommateur croit que l’Etat est dans la proactivité. Pour lui, ce projet est tout à fait louable.

Le président de la Tenants 'Defence Association a saisi l'occasion pour demander aux gens de "tenter parfois de comprendre l'état, même si l'eau est vitale pour la vie".

L’assurance dommage-ouvrage a pour but de vous couvrir en cas de défaut de construction.

Cette confiance est quasiment inexécutable à obtenir lorsque l’on est auto-constructeur et, dans l’hypothèse ou elle est possible, son montant est exorbitant ! En effet, il n’est pas pas mal logique de s’enquérir s’informer opposé soi-même…

À écrire : banques, pour octroyer un prêt, exigent souvent la présence de ce célèbre espoir dommage-ouvrage. À vous de leur expliquer qu’elle est loin d’être obligatoire a l’intérieur du cadre de l’auto-construction.


Laisser un commentaire