Dommage au travail et subrogation Dommage au travail

 l’assurance des travaux

Dommage au travail et subrogation Dommage au travail l’assurance des travaux

Evaluez votre protection Gratuitement :

L'article L 242-1 du code de conduite indique que le promoteur doit souscrire, dans le cadre de la prestation du bien immobilier, une assurance garantissant le paiement du préjudice causé il y a bien longtemps, à l'exception de toute recherche de responsabilité.

Dans le cas d’une assurance de préfinancement, l’assurance de dommages aux biens permet au pouvoir adjudicateur d’obtenir un préfinancement des travaux naturels destinés à mettre fin à la maladie.

La compagnie d'assurance non-vie qui a indemnisé le propriétaire peut alors poursuivre la compagnie d'assurance en justice par le propriétaire responsable lui-même sur le fondement de l'article L 121-12 du code des assurances français.

La compagnie d’assurance peut également, dans certains cas, utiliser la subrogation conventionnelle.

Les règles de subrogation ont été clarifiées dans la jurisprudence et il est important d'examiner d'abord ce problème afin de distinguer l'action de subrogation de la décision de garantie, puis d'évaluer l'ampleur de cette action.

Tout d'abordL'action subrogatoire doit être distinguée de l'action en tant que garantie, car même si l'autre, qui est souvent en cours de transition, passe à la première, les conditions d'acceptation des avantages sont différentes.

Dans un arrêt du 7 avril 2015, le 3moi Le tribunal pénal du tribunal pénal (1) répète à juste titre la distinction entre ces deux actions et dit avant tout:

une partie à la juridiction a le droit de faire appel d'une autre personne en tant que garant des sanctions qu'elle peut infliger () une telle action ne présuppose pas que le demandeur a déjà, en tant que garantie, déjà indemnisé le demandeur initial.

Dans un deuxième temps, la Cour déclare:

peut être déclaré recevable par l'assureur avant la fin de l'attaque annuelle, même si, au moment de son appel, il n'avait pas droit à des subrogènes dans ses droits à l'assurance lorsqu'il lui avait versé l'indemnité qui lui était due avant le procès

La limitation de la garantie n'exige donc pas que le paiement soit approuvé ou accepté. Seul l'intérêt de demander la garantie en cas de condamnation doit être signalé.

Dans le cas de l'assurance non-vie, les intérêts sont dus au fait que la société d'assurance de biens et non-vie est une société de préfinancement, qui n'est donc pas destinée à supporter les coûts finaux de l'indemnisation. assurance.

En outre, la demande est également admise même si le paiement n'a pas été effectué avant l'action, mais elle ne peut aboutir que si le paiement a été effectué le jour où le juge a rendu sa décision (voir aussi 2 et 3).

À cet égard, il convient de rappeler que, selon la jurisprudence, si l'assuré n'a pas interrompu le délai de prescription des fabricants, la compagnie d'assurance non-vie, qui n'a pas encore été subrogée dans ses droits, ne peut réparer ce mandataire.4).

Par ailleurs, le tribunal administratif constate que l'interruption de l'indemnité décennale de la compagnie d'assurance, son propre bénéfice, n'est pas subordonnée à la subrogation de ses droits. assurance et donc paiement de la somme assurée (5).

À la deuxième placeLa question de l'étendue du subrogateur peut se poser.

En fait, malheureusement, il n’est pas rare que la compagnie d’assurance de biens et d’accidents impose des pénalités ou des retards et des coûts à la compagnie d’assurance.

L'étendue du subrogateur doit donc être déterminée.

Au cas où la société d'assurance de biens et non-vie était tenue de payer en raison de l'expiration des délais applicables à la procédure postérieure à l'incident, le tribunal avait la possibilité de préciser si le recours en subrogatoire était ouvert. dans ce cas. cas.

En réalité, la partie adverse a conclu qu'il n'était pas nécessaire de payer une pénalité pour considérer que les montants auraient dû être payés pour l'assurance et qu'il ne devrait donc pas y avoir de réclamation.

Mais dans un arrêt du 9 mai 2012 (6), 3moi Le département civil du tribunal l'a décidé L'article L 242-1 du code des assurances français limite les sanctions pour violation de la loi de l'entreprise d'assurance qui interdit à la compagnie d'assurance non-vie de se subroger contre les auteurs des réclamations.

Bien que l'obligation de payer la compagnie d'assurance de biens et non-vie soit directement due à la pénalité pour non-respect des dispositions du code des assurances, le subrogateur reste ouvert.

Cette position a récemment été confirmée par un arrêt du 13 juillet 2016 (7) comme suit:

Lorsqu’un arrêté du FRR avait conclu que la compagnie d’assurance de biens et d’accidents n’avait pas régulièrement notifié sa position lors du procès et qu’elle ne pouvait pas s’opposer à un refus de l’assurance, l’indemnité avait été versée au titre de l’obligation d’assurance, le greffe ces seules raisons que la compagnie d’assurance était également couverte par ses droits en matière d’assurance et d’action contre les tiers qui ont causé le dommage et qu’il était justifié.

En outre, le même tribunal conclut que le groupe de rémunération de l'entreprise de réassurance peut être supérieur au montant que l'assureur peut exiger pour le remboursement du type d'échéance.

En fait, la Cour de cassation soutient La compagnie d'assurance de biens et d'accidents a retiré son assurance après avoir été interdite par une ordonnance de la Fédération de Russie en tant que sanction pour non-respect du délai de 60 jours prévu pour s'opposer à un refus de garantie Et c'est pourquoi Dans de telles circonstances, aucune disposition légale ou contractuelle ne limitait ses exigences en matière de subrogation de la responsabilité du propriétaire unique..

La Cour a toutefois noté que le recours subrogatoire ne pouvait aller au-delà de la responsabilité annuelle dans la mesure où les conditions pour l'exercice de la responsabilité contractuelle du fabricant étaient réunies.

Il ne s'agit pas d'aller à l'encontre d'un précédent jugement du 22 octobre 2014 (8), où la Cour de cassation avait établi ce qui suit:

le recours subrogatoire de l'assureur ne doit pas dépasser le montant pour lequel il peut demander une indemnité pour l'annulation d'une décennie, même s'il a engagé le monde à payer un montant supérieur en raison du non-respect de ses obligations statutaires.

Par jugement du 12 février 2003 du 23 avril 2003moi La section A de la Cour d'appel de Paris (9) précisait que les sociétés d'assurances des sociétés d'assurances n'étaient pas tenues au paiement tardif des indemnités de la société d'assurances, qui avaient engendré des coûts supplémentaires et que, par conséquent, ces coûts ne pouvaient être subrogatoires.

Globalement, l'agent subrogé peut dépendre de la perturbation du millénaire et, le cas échéant, de la souffrance de la responsabilité contractuelle du contractant, mais en aucun cas les coûts ou les conséquences économiques du non-respect de ses obligations. une compagnie d’assurance de biens et d’accidents (voir aussi 10).

Rappelons enfin qu’il appartient aux juges de soumettre le crédit subrogatoire à l’inverse du montant qu’ils apprécient.11).

deVictoire de bary

Avocat au Barreau de Paris

sources:

(1) Avertissement Civ. 3 avril, 7 avril 2015, Appel n ° 14-12212

(2) Déni de responsabilité, Civ. 3moi29 mars 2000, Bull. Civ. III, n67

(3) Civ. 19 octobre 2001, Bull. Civ. Moi, n245

(4) Disciplinaire, Civ. 3moi5 octobre 2011 n ° 10-20543, Bull. 2011, III, n154

(5) CE, 12 mars 2014, no 364429, mentionné dans les tableaux.

(6) Avertissement, Civ.3moi, Arrêt du 9 mai 2012, appel no 11-11749

(7) Déni de responsabilité, Civ. 3 juillet, 13 janvier 2016, appel n ° 15-22961, publié

(8) Déni de responsabilité, Civ. 3moi22 octobre 2014, numéro d'appel 13-24420, Bull. 2014, III, n134

(9) Cour d'appel de Paris, 23moiSection A, 12 février 2003, n2002 / 02485

(10) caissier, civ. 3moi5 mai 2015 n14-11150

(11) Caissier, Civ. 3moi22 octobre 2014, n ° 13-24420, Bull. 2014, III, n134

Vous devez souscrire une assurance non-vie auprès de la compagnie d’assurance de votre choix avant l’ouverture du site Web, pour le montage des travaux de construction.

Ce caractère vous permet, en cas de sinistre, d’être rapidement remboursé de tous les travaux de réparation couverts dans le cadre de la garantie annuelle, sans attendre une décision de justice.

D’autre part, il n’y a pas de sanction pénale pour un individu physique (article L243-3 du Code des assurances) n’ayant pas souscrit d’assurance dommages-ouvrage pour la conception d’un logement (ou d’un élément d’équipement) pour lui-même, son conjoint, ses ascendants, ses bambin ou ceux de son conjoint.
Vous ne pourrez pas être condamné pour l’absence de suscription d’un contrat DO, mais vous demeurerez tout de même responsable vis-à-vis d’un futur acquéreur si vous décidez de vendre votre bien la fin de la période de garantie décennale.


Laisser un commentaire