Des codes couleurs pour les aliments

La ministre de la santé et des affaires sociales Marisol Touraine a présenté le mardi 10 mai, l’étiquetage nutritionnel.

Ces étiquetages ont pour but de mieux informer les consommateurs et de mieux lutter contre le surpoids avec une information nutritionnelle plus claire.

Quatre systèmes graphiques facilement reconnaissable

Il y aura quatre systèmes graphiques testé à partir de septembre 2016 dans une cinquantaine d’enseignes qui seront tiré au sort.
Les deux premiers systèmes d’étiquetages seront synthétiques (Nutri-Score et SENS) avec un système de couleur facilement reconnaissable où il ne figure pas de donnée nutritive mais des lettres de A à E suivant la valeur nutritive du produit.
nutriscore_2015-10-27_nutriscore_a   – nutriscoreE

L’autre système dit “Sens” a un visuel également de codes couleurs de bleu à violet où figure la fréquence de prise de ces aliments. Avec une classification qui tient compte des teneurs en nutriments des aliments.

sens_vert  sens_violet

 

La dernière famille d’étiquetage se nomme “nutri-repère” et “Trafic Lights”

La première est déjà utilisée mais sera plus claire, désormais elle tient compte des valeurs d’une portion d’aliment en matière grasse, sel, sucre.

La dernière de ces étiquettes nommé “Trafic Lights” est déjà utilisée depuis de nombreuses années au Royaume-Uni, elle utilise trois codes couleurs fournissant la contribution en pourcentage et valeur absolue d’une portion d’aliment aux apports nutritionnels de référence en énergie, sucre, sel, matières grasses et acides gras saturés.
traffic_light_info_web

 

Cette expérimentation se déroulera donc dans plusieurs grandes surface à partir de septembre et jusqu’à décembre 2016, puis des résultats seront rendus afin de déterminer quel système est le plus efficace.
Le système choisit sera mis en place dans les premiers mois de 2017 et sera généralisé à toute la France et tous les produits alimentaire.
Et ce, malgré les réticences des grandes surfaces et industriels de l’agroalimentaire qui souhaitaient avoir leur propre logo, mais n’a pas été retenu par le ministère de la santé.
Avec le futur logo choisis, Marisol Touraine et son ministère compte informer le mieux possible les consommateurs et que cela devienne un réflexe de voir le logo.

 

Source et crédits photos: Ministère de la santé

Share Button
The following two tabs change content below.

Redac

Derniers articles parRedac (voir tous)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *