Dentexia les patients démunis

Le scandale des centres “low-cost” n’en finis pas, le lundi 9 Mai se déroulait deux manifestations une à Lyon et l’autre à Paris.
Ces centres de soins dentaires low-cost qui sont en liquidation judiciaire avec un passif de 22 millions d’euros, a laissé plus de 2200 patients sur le carreau et les privant de leurs soins, d’un travail bâcler ou pire avec de graves séquelles pour certains.

Dentexia un scandale sanitaire

Retour sur ce scandale sanitaire de grande envergure concernant pour la première fois des centres dentaires.
Dentexia avait pour but de rendre les soins dentaires accessible à tous avec des prix de 30 à 50% moins chers que chez un autre dentiste.
Cette offre a bien sûr intéressé de nombreux patients à Lyon, Paris et Chalon sur Saône qui ont vu avec cette offre une chance de faire des soins dentaires importants.
Ainsi ils ont été nombreux à avoir recours à des crédits ou à une grande partie de leurs économies.
Mais rapidement de nombreux problèmes de dysfonctionnements font surface, ainsi plusieurs centres sont fermés en février et mars 2016, pour raisons sanitaires.
Puis le 4 mars 2016 a été prononcer la liquidation judiciaire de Dentexia, laissant ainsi des patients avec des soins inachevés, comme des dents arrachées mais non remplacées et surtout l’impossibilité de récupérer leur argent qu’ils ont dut  intégralement avancer.
Un grand nombre de patients ont même dû laisser leur vie social, leur travail pour se mettre en arrêts maladie car les douleurs, comme des migraines, des infections ou encore de grosses douleurs aux gencives devenaient insupportable, sans compter le côté esthétique des appareils non terminé ou mal fait.

Les pouvoirs publics ne jouent pas leurs rôles

Les victimes de Dentexia se sentent abandonner par les pouvoirs publics, ils ont nommé leurs mouvements “les sans dents” et ont créer le “collectif contre Dentexia”.
Depuis le mois de Janvier le collectif multiplie les actions, avec la saisit du défenseur des droits, puis des lettres à la ministre de la santé Marisol Touraine .
Les responsables de ce collectif ont été reçu le 1er avril par la ministre, parmi les demandes: la prise en charges des victimes par un fonds de secours et ainsi bénéficier d’une expertise et la poursuite des soins par d’autres dentistes.
Mais Marisol Touraine n’a pas souhaité avoir recours à un fond de secours ni à la prise en charges des soins sans surcoût. Les deux seules mesures prises par le ministère de la santé ont été la mise en place d’un numéro vert et la création d’une cellule psychologique.
Ces deux mesures décrites comme “mesurettes” par le collectif laisse toujours les victimes sans aucun recours.

Le collectif compte multiplier les actions ou les manifestations tant que la situation n’évolue pas avec de vraies mesures prises par le ministère de la santé et des actions sociales.
Après les manifestations de Lyon et de Paris les victimes vont de nouveaux se réunir le 16 mai à Lyon, Paris et Chalon sur Saône.

 

 

Share Button
The following two tabs change content below.

Sébastien De matos

Conseiller santé - Conseiller fleurs de Bach - Blogueur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *