Construction et installations Dommages causés au travail: délais et procédures

 assurer sa construction

Construction et installations Dommages causés au travail: délais et procédures assurer sa construction

Evaluez votre protection Gratuitement :

Bonjour

Il y a plus d'un an, nous avons fait une réclamation pour une assurance non-vie. Tout d'abord, il a refusé d'assumer la responsabilité de notre catastrophe, dans la mesure où le travail nécessaire était lié à l'amélioration de l'habitat. Nous avons saisi le médiateur de l’assurance et avons réussi: ce travail proposé par l’expert (un cran d’infiltration) était le moins cher pour résoudre le problème, c’était là qu’il fallait changer tout le cadre!

Une autre réunion d’experts a eu lieu en avril dernier. L’expert a quantifié l’ampleur des travaux (toiture et peinture des plafonds). Le rapport est daté du 20 juin. Ce n’est que le 24 août (après avoir lutté pour accélérer le mouvement) que l’assurance nous a envoyé le document de remboursement, que nous avons renvoyé dûment signé le 26ème jour de réception en date du 29 août.

Si j'ai bien compris, l'assureur avait, à compter du 29 août, 15 jours pour nous envoyer son règlement. Nous sommes maintenant le 14 septembre et n’avons toujours rien dans notre boîte aux lettres.
Sommes-nous autorisés à engager (enfin!) Le travail et à obtenir l'augmentation de la rémunération? Dans ce cas, suffit-il d’envoyer une lettre ou faut-il engager une procédure judiciaire?

Je sais que cela peut sembler très laid et que nous pourrions attendre quelques jours. Mais entre les refus ultérieurs, les entretiens téléphoniques où vous avez clairement confondu avec hicks, le retard de l'examen du rapport d'expert ("oui oui dans quinze jours c'est fait" et même répondre un mois plus tard), nous ne voulons pas donner eux plus de cadeaux. Notre toit supporte toutes les rafales de vent, nous avons déjà utilisé des jambons hivernaux, alors que tout aurait pu être très rapide sans leurs petits soucis. Le travail est assez important, je ne veux pas découvrir mon toit sous la pluie ou pendant une tempête de neige. Et j'en ai marre.

Merci pour vos réponses.

Cette assurance, qui vous couvre en cas de construction défectueuse, n’est ici pas obligatoire. Bien souvent, il va être difficile de l’obtenir auprès de votre assureur, qui estime généralement le danger trop important du fait que vous soyez autonome sur la construction de votre logement.

Mais, gros dilemme, banquiers qui ne sont pas toujours au fait de l’autoconstruction, exigent la plupart du temps que vous souscriviez ce confiance dommage-ouvrage avant de vous accorder un prêt. De nombreux autoconstructeurs témoignent cependant: en expliquant calmement et clairement les affaires à son banquier, en lui démontrant que s’assurer contre soi-même, en or final, n’a pas beaucoup de sens, celui-ci finit dans « lâcher l’affaire ».


Laisser un commentaire