Audience ce jeudi au Conseil du gouvernement contre l'audience publique

 assurer sa construction

Audience ce jeudi au Conseil du gouvernement contre l'audience publique assurer sa construction

Evaluez votre protection Gratuitement :

L'une des entrées de l'aéroport Nantes-Atlantique. – L.Venance / AFP

L’audience publique sur la reconstruction de l’aéroport de Nantes Atlantique, prévue le 31 juillet, fera l’objet d’une audition devant le Conseil d’État jeudi, a-t-on appris du collectif de citoyens exposés au trafic antenne (Coceta). la
Coceta, qui s’opposait fermement au maintien de l’aéroport de Nantes à son emplacement actuel, avait engagé fin mai une procédure en vue de suspendre l’audience, qui avait reçu le feu vert de la Commission nationale du débat public. Cependant, cela a commencé comme prévu le 27 mai.

"Le périmètre est trop petit, il a été occupé", se plaint-il, ajoutant que les résultats des études d'impact sur l'environnement et la santé étaient encore inconnus. "On nous demande de nous positionner sur une pseudo-reconstruction de Nantes-Atlantique sans connaître toutes les conditions. Nous avons mis la charrue devant les boeufs", a-t-il ajouté.

Pour un "vrai débat public"

L’aéroport est sous Vinci et fait face à un développement exponentiel: le trafic aérien a augmenté d’env 13% en 2018, dépassant le seuil des six millions de passagers, selon Nantes-Atlantique. L’audience, réservée aux 26 communes de l'agglomération nantaise, concerne
Cinq scénarios de rénovation: création d'une nouvelle piste, changement d'orientation, extension … Mais personne ne mentionne le transfert, étant tabou depuis la transition du projet de Notre-Dame-des-Landes en janvier 2018.

"L'explosion du trafic avec 15 millions de passagers en vue, 80 000 résidents transférés et un aéroport sans littoral mérite un vrai débat public et non une organisation au rythme rapide avant l'été", a déclaré Coceta dans un communiqué. Ce projet est estimé entre 470 et 990 millions d'euros, en fonction des options choisies, selon le responsable du projet, DG Aviation civile.

En outre, le nouveau plan de gestion du bruit, une unité financière chargée de l'insonorisation des sous-aéronefs résidentiels, est entré en vigueur le 1 er juillet. Cela fait partie des mesures de compensation négociées entre les communautés et l'État après la reddition de NDDL, mais reste une solution de second choix selon de nombreux résidents locaux.

L’assurance dommages-ouvrage est à souscrire lors de achevés travaux de construction, par contre également en cas de travaux de rénovation dans l’hypothèse ou ceux-là mettent impliqué la solidité de la conception ou bien risquent de la rendre inhabitable.

Cette foi a vocation à protéger l’assuré malgré désordres qui peuvent survenir, et le mettre en conflit avec le constructeur ainsi qu’à la société de rénovation. Dans ce cas, une double cran se met en jeu : la garantie « espoir dommages-ouvrage » donne l’opportunité à l’assureur de dédommager son assuré dépourvu recherche de responsabilité de tel et pourquoi pas tel intervenant. L’assuré est donc très vite indemnisé. Et l’assureur « ouvrage » cherche ensuite à se effectuer rembourser en l’assureur responsabilité décennale du constructeur. Et cela prend en général plusieurs années.


Laisser un commentaire